Tout semblait si bien...


Deborah,

Vous commenciez à le penser : cette rencontre avait toutes les apparences d'être celle qui vous aurez permis de rencontre votre futur époux. Le jeune homme semblait intelligent, attentionné. De plus, il étudiait la Tora à temps plein et désirait poursuivre ses études après s'être marié. Bien d'autres choses pourraient être rajoutées, mais l'essentiel était que le jour de votre mariage semblait s'être rapproché à grands pas. Et pourtant...

La suite des événements ne se déroula pas comme vous le pensiez. Une information partagée par le premier intéressé, un coup de téléphone pendant lequel on échange des renseignements importants et... il fallut vous rendre à l'évidence: ce n'est pas avec cette personne que vous vous marierez. Déception, tristesse et brouillard remplacèrent l'enthousiasme, la joie et les futurs préparatifs auxquels vous commenciez à penser.

Lorsque nous nous sommes parlé au téléphone, j'ai compris au son de votre voix que vous ne manquiez pas de courage, ni de foi. Vous-même l'avez dit : « Gam zé létova ! » Je pense qu'en vous entendant prononcer ces mots, j'ai perçu que vous étiez honnête dans votre bravoure. Votre force de caractère m'a ému et votre attitude positive restera longtemps gravée dans ma mémoire. Il n'est pas donné à tout le monde d'être brave et encore moins de l'être précisément au moment où on le désire.

Je sais également que votre cœur a souffert et que depuis ce jour, vous éprouvez un peu de difficulté à retrouver votre sourire. Me croyez-vous si je vous disais qu'à votre place, je ne suis pas certain que j'aurais pu tenir le rang. Dans tous les cas, votre discours et votre attitude sont les témoins qui ne vous quitteront jamais pour montrer au Maître du monde que ce monde n'est pas toujours facile à vivre.

Mais si l'on y pense bien, c'est sans aucun doute un immense cadeau que vous a fait Hachem. Y pensez-vous ? Que serait-il arrivé si vous vous étiez marié avec cette personne ? Quelle aurait été votre réaction si après avoir été mère une ou deux fois, vous seriez parvenue à la même conclusion ? Là où vous pensiez pouvoir vous engager, le Créateur vous a en fait protégée et épargnée d'une plus grande – voire même terrible – déception. N'est-ce pas là une preuve d'amour et de compassion d'Hachem ?

Vivre avec émouna, c'est sentir que le Maître du monde est toujours à nos côtés. C'est savoir qu'en aucun cas, Il nous laissera faire une action qui – en fin de compte – serait à inscrite à notre passif. Vivre avec émouna, c'est être certain que l'Amour divin est notre meilleur protecteur : sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre. La personne pour laquelle cela ne fait aucun doute est grande en émouna et logiquement, toujours joyeuse.

Deborah, je sais que votre émouna grandit chaque jour. Je sais qu'aujourd'hui, vous êtes une jeune fille qu'Hachem aime et chérit plus que tout. Soyez assurée d'une chose : si cette rencontre avait dû vous être bénéfique, elle se serait conclue par la 'houpa. C'est un véritable miracle du Ciel qui vous a sauvée d'une déception bien plus grande et d'un chagrin qui aurait mis beaucoup plus de temps à s'effacer.

Maintenant, il vous faut regarder de l'avant. Ne baissez surtout pas les bras et continuez plutôt à rencontrer le succès dans vos projets : professionnel, de lieu d'habitation, d'approfondissement dans votre relation avec le Créateur. Plus que jamais – et après avoir vu de vos yeux une Intervention divine – ouvrez votre cœur à Celui qui vous a donné la vie. Vous savez également que vous pourrez toujours me parler et discuter de vos projets. Si je peux vous aider d'une façon ou d'une autre, je serai toujours heureux de le faire.

David-Yits'haq Trauttman