Le beau voyage des Séli'hoth


Par le Rav Michaël Tolédano

Mon tendre frère,

Nous voici déjà, depuis quelques jours maintenant, engagés dans ce si beau voyage nommé Eloul. Chacun de nous ressent bien qu'il y a quelque chose à y faire, que ces jours grandioses de préparation à l'écoute du si doux comme redoutable Chofar ne peuvent être des jours comme les autres, que continuer la routine signifierait passer à côté de quelque chose qu'il ne fallait pas manquer. Mais quel est donc le secret de ces jours de légende ? Qu'est-il attendu de nous ? À quoi devons-nous arriver ?

Rabbi Na'hman de Breslev répond à cela: tu ne dois arriver nulle part ou plutôt tu dois arriver à devenir un perpétuel voyageur, un homme toujours en chemin. Oui, enseigne Rabbi Na'hman (Liqouté Moharan 6§) la Téchouva ce n'est pas arriver ; la Téchouva c'est être sans cesse en chemin, peu importe le point de départ, peu importe là où tu es arrivé. Si tu continues à chercher, si tu continues à vouloir quelque chose, tu comptes parmi le livre d'or de ceux qui font "Téchouva", le groupe d'élite d'Hachem ici-bas. Si tu as planté ton drapeau et fixé ton orbite, si haute soit-elle, tu as rejoins le livre noir de ceux qui dorment.

Tel est le premier composant essentiel de la trousse de notre voyageur de 120 ans : la volonté, l'ambition. Vouloir conquérir telle Mitswa qui nous échappe encore, ambitionner de vivre nos Mitswot avec un brin de joie de plus, un soupçon de plus de pensée à Hachem, désirer mettre un pieds de plus dans la danse de l'étude...

Ce moment de volonté parait à nos yeux n'être qu'un moment furtif, une pensée de rien du tout, mais Rabbi Na'hman nous dévoile que derrière elle se cache la mise en marche de tout un engrenage. À chaque fois qu'un juif pense ici-bas qu'il veut quelque chose dans le service d'Hachem, dévoile Rabbi Na'hman, cette volonté actionne en Haut un des saints noms d'Hachem, le nom קס"א. À cet instant magique où un juif ne fait que vouloir faire un pas de plus vers son Créateur, le saint nom קס"א se met à briller à son égard et à abreuver son âme de forces nouvelles.

Telles sont les coulisses de nos si simples instants de volonté. Et à chacune de nos pensées renouvelées de volonté, nouvelle engrenage, nouvelle lumière aussi... jusqu'au jour où, si nous avons gardé patience, notre âme jaillisse de sa grotte le glaive à la main et achève sa conquête.. .avant bien sûr d'ouvrir un nouveau champ de bataille.

Telle est l'allure de la vie d'un juif ici-bas et telle est, dévoile Rabbi Na'hman (6§), l'opportunité et le travail attendu de nous en ces moments d'or du mois d'Eloul : jeter des volontés à droite, jeter des volontés à gauche. Jeter entre deux clients un regard vers le ciel et dire "Hachem! Je veux. Je veux un coeur plus pur, je veux un coeur plus fidèle, je veux !", entre deux pages de Guémara aussi. Telle est notre arme pour saisir pleinement la chance de ces jours. Si simple, si douce et si puissante aussi.

Qu'Hachem nous donne la lucidité et la simplicité de la saisir à pleines mains. Dès cet instant peut-être? Chabbat chalom à toi,

Ton tendre frère.