Se laver à l’eau chaude pendant Chabbat


Dans la précédente Halah’a , nous avons expliqué qu’il est interdit pendant Chabbat de se laver l’intégralité ou même la majorité du corps à l’eau chaude, aussi bien lorsqu’elle a été chauffée pendant Chabbat (ce qui constitue déjà une transgression de Chabbat du point de vue de la Torah), aussi bien lorsqu’elle a été chauffée avant Chabbat, ou au moyen du Doud Chémech.

Cette interdiction érigée par nos maîtres réside sur le fait que les responsables des bains publics n’étaient pas toujours dignes de confiance au niveau de la Halah’a, et lorsqu’ils n’avaient plus assez d’eau chaude chauffée avant Chabbat, ils n’hésitaient pas à profaner Chabbat en chauffant de l’eau, pour ne pas perdre de clients, en prétendant qu’il s’agissait d’une eau chauffée avant Chabbat.

Lorsqu’ils se sont rendu compte de cette transgression et de cette supercherie, nos maîtres ont donc instauré qu’il soit désormais interdit de se laver à l’eau chaude, même si elle a été chauffée avant Chabbat.

Toute l’interdiction concerne uniquement la totalité ou la majorité du corps, mais il est permis de se laver le visage, les pieds et les mains avec de l’eau chaude pendant Chabbat, à condition bien sûr que cette eau ait été chauffée avant Chabbat (eau du Koumkoum, ou du Doud Chémech en Israël).

Selon l’opinion de MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’, il est tout à fait permis de se laver à l’eau froide pendant Chabbat, et même la totalité du corps (douche froide), en veillant à ne pas enfreindre l’interdit de Séh’ita (essorer les poils ou la serviette). Cependant, les Achkénazes ont l’usage de ne pas se laver, même à l’eau froide, par crainte d’arriver à enfreindre l’interdit de Séh’ita, ainsi que pour d’autres raisons.

Toutefois, dans une situation de souffrance physique, comme la chaleur ou autre, même les Achkénazes sont autorisés à se laver à l’eau froide pendant Chabbat.

En effet, nous avons pour principe que les décrets de nos maîtres ne sont pas en vigueur en situation de souffrance (même sans gravité).

Qui plus est, selon certains décisionnaires, le décret ne concerne que les bains publics qui existaient à l’époque de nos maîtres, dans lesquels il était nécessaire de s’immerger afin de se laver. Ce qui n’est pas le cas pour nos salles de bain équipées de baignoires ou de douches, qui ne ressemblent pas aux bains publics.

Bien qu’il est interdit de se laver ou de s’immerger le corps dans de l’eau chaude pendant Chabbat, on a le droit de verser une infime quantité d’eau chaude, qui ne sera pas suffisante pour réchauffer l’eau, mais qui atténuera sa froideur.

Pendant Yom Tov, il est permis de se laver le corps, même en totalité, avec de l’eau chaude qui a été chauffée avant Yom Tov.