La libération d'Auschwitz et la liberté de penser (1)


70ième commémoration de la libération du KL Auschwitz et la liberté de penser, le libre arbitre menacé ! 

Le 20ième siècle a débuté par un génocide ; il y eut la Shoah, d’autres génocides, dont un connu de tous ; le 21ième siècle débute par le génocide des Chrétiens d’Orient.

Les leçons de l’Histoire n’ont pas été apprises, la Shoah n’a pas servi de leçons à l’humanité.

Au moment ou la préparation du 70ième anniversaire de la libération du KL Auschwitz, symbole de la Barbarie Nazie et de la Shoah, se met en place, un attentat est perpétré à Paris.

L’attentat à la rédaction du journal satyrique Charlie Hebdo a visé un des pilier de la démocratie : la liberté de penser. La liberté de penser est la base d’une société libre et laïque.

Les Juifs avec le libre arbitre exercé depuis toujours représentaient pour les nazis un danger. Toute dictature tremble devant les libres penseurs. Après les nazis, ce furent les bolchéviques qui firent la chasse à ces personne suspectes.

Himmler bien avant le 20 janvier 1942, la conférence de Wannsee, qui réunit tous les services concernés, organise la mise en application de la « solution finale », déclarait : « Il y a deux peuples élus, un des deux est de trop ! »

L’Union européenne créée après la seconde guerre mondiale est basée sur les valeurs communes à tous, que sont la culture, la liberté, le Respect.

Cette Maison commune est ébranlée par des terroristes voulant imposer leur vison rétrograde du monde. Surgissent dans divers pays de cette vieille Europe des relents nauséabonds, tel que nationalisme, repli identitaire, la haine de l’Autre.

Le 6 janvier, veille de ce terrible attentat à Paris, un mouvement extrémiste nommé Pegida organisait à Dresde un manifestation contre la peur des immigrés. Y compris des travailleurs venus de pays membres de l’Union.

Discours malsain, intolérable. Dresde a eut un passé sombre.

En même temps des mouvements de citoyens démocratiques se sont mis en place.

Comment créer une véritable Europe si des haines internes, des rancoeurs et de la méfiance existent ?
Il suffirait dans certains de peu pour changer les regards des uns envers d’autres.

Il faut reconnaître cette réalité.

Des pays voisins comme sont la Pologne et l’Allemagne sont un exemple concret. Il suffirait de peu, mais de hautement symbolique pour faire tomber ces rancoeurs.

Une suggestion a été faite au Président du Parlement Européen, citoyen Européen et Allemand, d’honorer cette année une minute en reconnaissance de la souffrance de deux pays. À savoir la Tchéquie, qui fut sacrifiée et la Pologne, qui fut un des pays les plus martyrs durant cette époque tragique.

La réponse montre qu’il y a eu une incompréhension. Ou un malentendu. La réponse se trouve en fin de texte.

Auschwitz symbole de la Barbarie nazie et Birkenau symbole de la Shoah, cela est dans la mémoire de tous.

Beaucoup d’encre à couler sur le sujet.

Suite...

Chantal Maas