« Puis-je les aider ? »


« Cher David-Yits'haq, j'essaie de diffuser à mon tout petit niveau la parole de Rabbi Na'hman avec lequel je me sens très attaché. Cependant, la réaction des personnes à qui je m'adresse m'étonne : je réalise que de plus en plus de personnes sont dans une souffrance que ne je pouvais imaginer. » 

« J'ai une question à vous poser : j'essaie de réconforter comme je le peux certaines personnes, mais en en même temps, qui suis-je pour faire cela ? Je m'explique : je ne voudrais en aucun cas me faire passer pour le messager de la bonne parole car je ne suis personne pour cela et de plus, je ne voudrais pas tomber dans l'orgueil. » 

« En même temps, les réponses à mes paroles sont : "Grâce à vous je me rapproche d'Hachem" ; "grâce à vous j'ai compris l'importance de l'hidbodedouth" ; ou encore : "depuis quelque temps j'allume les lumières de Chabath" ou "vous êtes ma bouffée d'oxygène" etc. » 

« Certes, j'éprouve beaucoup de plaisir à entendre ce genre de messages, mais encore une fois : pourquoi moi ? Je me sens en toute honnêteté pas à la hauteur pour recevoir ces belles paroles. Merci de m'apporter votre point de vue qui sera pour moi un guide pour continuer ou pas. » Éliyahou, Paris

Éliyahou,

Votre lettre est belle et c'est à moi de vous remercier de bien vouloir partager votre expérience.

L'aide que semblez apporter aux personnes de votre entourage est de la plus haute importance. Plus que jamais, notre génération est perdue, se cherche et désespère trop souvent de voir « la bout du tunnel. » Les raisons à l'origine de nos difficultés dans notre vie quotidienne sont le plus souvent : la vie de couple, l'éducation des enfants, la recherche d'un revenu, la santé...

Dans tous ces cas, c'est seulement en renforçant notre lien avec Hachem que nous pouvons relever la tête et vivre dans la joie et le bonheur. Si vous parvenez à faire prendre conscience de cette réalité à un certain nombre de personnes autour de vous, vous êtes – sans le moindre doute – engagé à l'occupation la plus importante de votre vie.

L'âme des créatures du Maître du monde sont autant de graines qui ont été plantées dans un champ immense : celui de notre monde terrestre. La vie peut paraître difficile, amère et ne posséder aucune raison. En d'autres termes, la vie peut ressembler à un champ aride et laissé à l'abandon.

Cependant, chaque mot de Tora qui parvient aux oreilles d'une personne représente de l'eau qui est versée sur son âme. Un mot de plus, une parole encourageante supplémentaire... et chaque âme se met à croître en peu de temps. Si certaines graines sont plus lentes que d'autres à démarrer ce processus, peu importe : en peu de temps, le champ qui se présente sous nos yeux se transforme en un véritable champ de fleurs.

Lorsqu'une personne peut aider une âme à pousser dans les meilleures conditions, à s'épanouir un peu plus chaque jour, elle utilise à bon escient le potentiel que D-ieu lui a donné. Ne serait-il pas regrettable de ne pas vouloir arroser le plus grand nombre de fleurs ?

Je comprends votre crainte de sentir l'orgueil naître en vous. Afin d'éviter une telle chose, l'antidote est évidente : les nombreuses prières qu'il faut adresser à Hachem pour qu'Il vous sauve de ce mauvais piège. Celui qui a mis en vous la force de pouvoir venir en aide à d'autres âmes, peut également vous protéger d'une attitude extrêmement nuisible.

Également, afin de vous assurer le plus souvent possible que vos paroles sont celles qu'il faut prononcer, je vous conseille de vous rapprocher d'un Rav. Cela également doit être l'objet d'un nombre important de prières : trouver son Rav (celui dont on a besoin) n'est jamais facile.

Éliyahou, je vous souhaite de nombreuses années de rencontres et de réconfort à apporter au plus grand nombre d'âmes. Chaque fois que vous le ferez, vous justifierez votre présence en ce monde. 

Cordialement, David-Yits'haq Trauttman