Travailler pendant H’anouka


Les femmes ont la tradition de ne pas effectuer un travail comme coudre ou broder, depuis l’allumage des Nérott de H’anouka, durant ½ heure. Cette tradition a pour but d’exprimer concrètement qu’il est interdit de tirer profit de la lumière des Nérott de H’anouka. Mais il leur est permis de cuisiner ou de réaliser tout le nécessaire pour la nourriture sans la moindre restriction.

Notre maître le Rav Chlita écrit qu’il y a des femmes qui ont la tradition de n’effectuer aucun travail durant toute la fête de H’anouka.

Même si cette tradition a une source dans les propos du Sefer Ha-H’assidim ainsi que dans le livre du Chibolé Ha-Lekett, malgré tout, il est plus juste d’abolir une telle tradition, car l’oisiveté entraîne l’ennui qui entraîne lui-même la faute.

MARANN écrit dans le Beit Yossef qu’étant donné qu’il n’y a pas le moindre véritable interdit à ce que des femmes effectuent des travaux pendant H’anouka, par conséquent, même les femmes qui ont cette tradition de ne pas effectuer de travaux, on peut les autoriser à abolir leur tradition, et elles pourront de nouveau effectuer des travaux durant ces jours là.

Cependant, certains ont écrit qu’il est quand même juste que les femmes n’effectuent pas de lourds travaux comme tisser ou laver du linge à la main, au moins le 1er et le dernier jour de H’anouka.

Mais les hommes ne doivent s’abstenir d'aucuns travaux. (Halacha Yomit)