Mon épargne est bien investie !


Il y a quelques années, il était possible d'ouvrir un PEP (Plan d'Épargne Populaire). L'idée du PEP était simple : garantir le capital investi. Grâce au PEP, les risques étaient éliminés et aucune mauvaise surprise pouvait chagriner les personnes qui en détenaient un.

Ce qui a été décrit ci-dessus concerne le monde matériel. Dans le monde de la Sainteté, il existe également un PEP. De plus, s'il n'est plus possible de souscrire – depuis 2003 – à un PEP en argent sonnant et trébuchant, je suggère à chaque personne de souscrire au PEP saint : ceci est non seulement toujours possible, mais fortement recommandé pour nous éviter des soucis.

La vie du Juif n'est pas toujours facile. De fait, si se rapprocher de D-ieu est certainement notre principale occupation quotidienne, le chemin du rapprochement n'est pas toujours évident à trouver. De nombreuses questions nous assaillent : comment savoir si l'on a pris les bonnes décisions ? Qu'est-on censés faire dans chaque situation de la vie ? Que devons-nous apprendre et de quelle façon ? Etc.

Pourtant, toutes ces questions peuvent recevoir leurs réponses. Pour cela, il faut savoir déposer et investir son capital de Sainteté en bon lieu. C'est pour cette raison que grâce au PEP saint, bien des écueils sont évités et que chaque personne est assurée d'avancer dans la bonne direction : selon son allure, sa personnalité, son intelligence...

Le PEP saint est composé de trois volets : la Prière, l'Étude et la Parole.

Prier

Sait-on que D-ieu existe ? Bien sûr ! Cependant, n'oublions-nous pas souvent que tout vient du Créateur ? Ainsi, une personne qui désire obtenir une chose spécifique (matérielle ou spirituelle) doit commencer par la demander à D-ieu. Ainsi, lorsque le chemin du rapprochement devient flou et notre direction incertaine, nous devons nous tourner vers le Maître du monde et Lui demander Son aide.

Combien de belles prières peuvent être prononcées sur ce sujet ! « Hachem, aide-moi à me rapprocher de Toi ? S'il Te plait, ne me laisse pas dans l'obscurité ; tire-moi du noir qui m'entoure. Ne suis-je pas Ta créature pour que Tu ne m'abandonnes pas ? » Si nous pouvons prier de la sorte, une heure chaque jour, les portes du Ciel s'ouvriront pour nous.

Si nous parvenons à nous rapprocher de D-ieu, c'est parce qu'Il le désire. Au-delà des efforts que nous faisons afin d'y parvenir, c'est du Ciel qu'est décidé notre réussite... ou le contraire. Ainsi, même si nous devons déployer le maximum de force pour nous élever spirituellement, c'est à Hachem que nous devons demander de nous élever.

Étudier

Il est impossible de se rapprocher de D-ieu si nous ne savons pas ce qu'Il attend de nous. Peut-on aller dans une direction spécifique sans posséder la carte qui nous montre la voie à suivre ? De la même façon, comment peut-on se rapprocher du Divin si nous ne connaissons pas les critères pour y parvenir ?

C'est pour cela que l'étude de la Tora est indispensable à chaque personne qui désire s'élever. Étudier cela signifie lire et essayer de comprendre la littérature que nos Sages nous ont léguée : la Tora, les halakhoth (les lois juives), les livres de moussar (d'éthique)... La liste est longue des ouvrages qui nous aident. Faut-il encore les ouvrir !

Afin de savoir ce qui est bon d'étudier – et ce qui peut encore attendre selon notre niveau – il est conseillé de s'adresser à une personne plus érudite que nous. Cette personne nous dira quoi lire, combien de pages, combien de temps nous devrions-y consacrer... Qu'il est bon de savoir que nous faisons ce que nous devons en suivant les conseils d'un Rav !

Parler

Prier et étudier ne signifient pas se retirer dans un coin perdu du monde et vivre isolé. La vie juive est faite de contacts : avec la communauté, le(s) rabbin(s), les amis qui nous inspirent... À l'opposé, la vie solitaire est le plus souvent synonyme de dérive spirituelle.

S'il est idéal de vivre au sein d'une communauté, la technologie d'aujourd'hui nous permet de rester en contact, même si une grande distance sépare deux personnes : le téléphone, le courrier électronique, Internet... Pourquoi ne pas utiliser ces moyens lorsqu'il existe une difficulté d'entrer en contact avec une communauté ?

Parler, cela signifie demander conseil, poser des questions, partager des impressions... Tout ce qui nous passe par la tête est bon à partager avec son ami, son Rav, son tuteur... Si nous savons poser les bonnes questions aux bonnes personnes, nous ferons des pas de géants !


En conclusion, je suggère aux lecteurs de La Pause-Café d'ouvrir le plus rapidement possible un PEP. Leur capital d'efforts à se rapprocher du Divin sera ainsi garanti pour l'avenir. Pour quelle raison retarder une décision marquée par la sagesse ?