Tich'a beAv en quelques mots


Suivre les lois de Tich'a beAv n'est pas très difficile et il s'agit d'un début formidable pour aborder d'un bon pied la dernière période de l'année juive, celle qui nous mène droit vers Roch Hachana (le jour de l'an juif) les 5 et 6 septembre 2013.

Tich'a beAv commence lundi soir 15 juillet 2013. Le jour est un jeûne et, par conséquent, les personnes qui ne sont pas malades doivent s'abstenir de manger et de boire. Selon la ville où vous habitez, le jeûne commence à 21:50 à Paris, à 21:17 à Marseille, à 19:49 à Tel-Aviv, à 19:46 à Jérusalem…

Le jeûne s'arrête le lendemain soir, le mardi 9 août 2011 à 22:39 à Paris, à 21:58 à Marseille, à 20:22 à Tel-Aviv, à 20:19 à Jérusalem…

Certaines personnes peuvent être exemptées du jeûne : les malades, les femmes qui viennent d'accoucher, les enfants… Dans tous les cas, il faut consulter une autorité rabbinique compétente pour poser votre question.

En plus de l'interdiction de manger, il est également interdit de se laver (même à l'eau froide), de s'enduire (de crème, de lotion…), de mettre des chaussures de cuir et de pratiquer l'intimité conjugale.

Fumer à Tich'a beAv est déconseillé. Toutefois, si une personne éprouve une grande difficulté à ne pas fumer pendant toute la durée du jeûne (comme cela peut être le cas pour les personnes qui fument régulièrement), elle peut le faire d'une façon discrète, chez elle.

D'autre part, Tich'a beAv n'est pas l'équivalent du Chabath ou d'un jour de fête : il est possible d'allumer l'électricité, de conduire… En Israël, la majorité des personnes travaillent ce jour-là, y compris le personnel de l'administration publique.

Cela peut paraître surprenant, mais il est interdit d'étudier la Tora à Tich'a beAv. La raison est que l'étude est censée nous rendre joyeux, ce qui est l'opposé du but du jour où nous commémorons la destruction du Temple de Jérusalem.

Pour les personnes qui désirent connaître les lois de Tich'a beAv plus en détail, nous conseillons de se procurer le livre (bilingue français-hébreu) du Yalqout Yossef, vol. Mo'adim 3. Il est également possible de lire les lois en cliquant ici.

Nous aider à nous rapprocher de D-ieu

Même si le jeûne peut sembler l'activité principale de Tich'a beAv, cela n'est pas le cas. Un jeûne sert réellement son propos uniquement s'il nous permet de réfléchir sur nos propres actions et sur les moyens d'améliorer nos traits de caractères. En d'autres termes, un jeûne doit nous servir à nous rapprocher de D-ieu.

C'est pour cela qu'il est déconseillé – le jour de Tich'a beAv – de sortir pour se promener, faire les magasins… Toutes ces activités ne sont pas interdites au sens strict de la loi, mais elles nous détournent de l'objet sur lequel devrait être concentré notre esprit : notre relation avec Hachem.

À cette fin, il est fortement conseillé de lire le livre des Lamentations qui fait partie de la Bible. Le texte de ce livre décrit les scènes de la vie à Jérusalem, peu de temps après la destruction du Temple. Une lecture attentive possède toutes les qualités pour nous arracher les larmes du cœur. Heureuse la personne qui pleure le jour de Tich'a beAv à propos de la destruction du Temple. S'il est possible, on se procurera un livre des Lamentations avec des commentaires explicatifs ; ceux-ci permettront de mieux comprendre la portée du texte, ce qui rendra notre lecture encore plus poignante.

C'est précisément pour cette raison que, malgré l'interdiction d'étudier la Tora le jour de Tich'a beAv, il est permis de lire le livre des Lamentations : sa lecture n'amène pas de joie au cœur. Il en est de même avec le livre de Iyov (Job) qu'il est permis de lire.

Pour conclure, nous rappelons les deux aspects de Tich'a beAv : 1) l'aspect halakhique selon lequel il faut jeûner et respecter les lois que nous avons citées ci-dessus ; 2) Nous rapprocher d'Hachem et faire téchouva (nous repentir) ; pour cela, la lecture du livre des Lamentations est fortement conseillée.

Lire tous les articles à propos de Tich'a beAv