Mesure pour mesure


Il est écrit dans les Psaumes (62:13) : “Seigneur, Tienne est la bonté, car Tu rémunères chacun selon son œuvre.” Les exégèses déduisent de ce verset que le Maître du monde paie chaque personne mesure pour mesure. Cela n'est pas de la vengeance, mais pour nous permettre de comprendre qu'il faut chercher dans nos actions afin d'y trouver quelle transgression nous avons commise, ce qui nous permet de nous repentir.

Une personne perd-elle une certaine somme d'argent ? D-ieu désire peut-être lui ouvrir les yeux sur l'importance exagérée qu'elle accorde à cet aspect dans sa vie. Une autre voit-elle une promotion lui passer sous les yeux ? N'était-elle pas trop sûre d'elle-même de l'obtenir ? L'orgueil n'est pas une bonne chose et peu d'entre nous admettons que nous le sommes régulièrement. Un mari se vante-il d'aimer sa femme è la perfection ? Celle-ci lui annonce que sa mère viendra séjourner chez eux quelques jours. Etc.

Dans tous ces cas, l'option facile existe : nous laissons pointer l'énervement, le stress et l'angoisse. En moins de temps qu'il faut pour le dire, notre vie prend un aspect dangereux, celui dans lequel règne des sentiments qui se dressent en obstacle entre D-ieu et nous-mêmes. Le moral est atteint, notre vitalité disparaît et en fin de compte, le mauvais penchant a obtenu ce qu'il désirait : couper court à notre désir de nous rapprocher du Créateur.

L'alternative consiste à reconnaître que le monde est dirigé par D-ieu et que tout ce qui fait notre vie est envoyé du Ciel avec un seul objectif : nous faciliter le rapprochement avec le Divin. Partant, nous saurons reconnaître chaque trait de caractère qui doit être amélioré, chaque aspect de notre personnalité qui s'est oublié à s'éloigner de D-ieu.

La vie est plus difficile en Israël

Considérée sous cet aspect, la vie n'est plus encombrée de problèmes, de malchance et autres visions tronquées. À la place, se révèle un nombre infini d'indices et de clins d'œil que le Créateur nous envoie dans le but de nous aider à nous rapprocher de Lui.

Ces signes sont plus ou moins fréquents et leur amplitude plus ou moins importante. Cependant, il existe un endroit dans le monde où il est plus difficile de vivre : en Terre d'Israël. En cette Terre, D-ieu repaie avec encore plus de précision ses habitants. Ainsi, selon notre capacité à discerner le Message divin, nous pouvons y progresser plus vite que si nous vivions à l'extérieur de la Terre sainte. En contre partie, si nous percevons avec difficulté les signes du Ciel pour n'en retenir que leur aspect sévère, nous trouvons la vie en Israël plus insupportable qu'ailleurs.

La question ne peut pas manquer d'être posée : “D'où savons-nous que D-ieu nous paie mesure pour mesure avec plus de précision en Terre sainte ?” La réponse est donnée par le verset : “[La Terre d'Israël est] un pays qui dévore ses habitants.” Ce verset nous apprend qu'il n'est pas toujours aisé de vivre sous la surveillance directe du Créateur. D'autre part, en hébreu, le mot “dévore” est composé de la première lettre des mots hébreu “Tu rémunères chacun selon son œuvre.” Le lien est établi entre un pays qui dévore ses habitants et la raison donnée par le verset des Psaumes.

Ceci nous permet de comprendre pour quelle raison il est effectivement plus difficile de vivre en Israël qu'à Paris, Montréal ou New York. (Inspiré par la leçon 187 du Likouté Moharan)