Les défis d'une nouvelle naissance (1)


La naissance d'un enfant au sein d'une famille est toujours une occasion extraordinaire de se réjouir, de remercier le Créateur pour ce cadeau du Ciel et... de penser d'une façon pratique à la nouvelle logistique à mettre en place chez nous afin de vivre réellement la nouvelle naissance dans le bonheur. Si cette naissance est la seconde, troisième... notre obligation de réfléchir est encore plus importante : avec quatre ou cinq enfants sous le même toit, les challenges à relever sont différents d'une famille qui accueille son premier bambin.

Si nous ne prêtons pas suffisamment attention à cet aspect de la situation, le bonheur et la joie risquent de se transformer en fatigue importante, inquiétudes de toutes sortes, stress plus ou moins constant... Dans certains cas, la tension peut même aboutir à des disputes au sein du couple, une animosité entre les enfants de la maison, une dépression nerveuse de la mère et un rejet plus ou moins conscient de son nouvel enfant, que D-ieu nous préserve. Cette situation est suffisamment fréquente pour essayer d'y voir un peu plus clair. Avec l'aide de D-ieu, cet article est le premier d'une série de trois ; son objectif est de permettre aux familles – et principalement aux mères – de garder le sourire et la joie de vivre bien ancrés en elles.

L'importance d'une préparation adéquate

Hachem a bien fait les choses : neuf mois avant de naître, un enfant annonce déjà sa venue. L'avantage de cette situation est évident : cela donne le temps aux parents de se préparer à l'arrivée d'un être si cher et tant désiré. S'ils utilisent cette période d'une façon optimale, le retour de la maman de la clinique ne sera pas vécu comme un tremblement de terre et les (mauvaises) surprises seront limitées à leur maximum. Cette vérité ne se dément pas : chaque évènement important se prépare intelligemment et à la mesure de notre préparation s’amoindriront les difficultés.

Savoir qu'un couple va bientôt accueillir un nouvel enfant doit amener d'une part la mère à prévoir les aides supplémentaires dont elle aura besoin (d'une femme de ménage, de sa mère ou belle-mère, de son mari...) et d'autre part le père à imaginer ce qu'il pourra faire pour se rendre un peu plus disponible (rentrer un peu plus tôt du travail pendant quelques semaines, consacrer sa fin de semaine à ses enfants et à sa femme, prendre éventuellement plusieurs de vacances...)

La jeune femme doit se rendre à l'évidence : l'ordre qu'elle apprécie dans sa maison, ses horaires plus ou moins habituels, ses activités extérieures (religieuses, culturelles, sportives...)... tout cela doit devenir secondaire lorsque l'enfant viendra au monde. Cela ne signifie nullement que la jeune femme soit obligée de tout abandonner pendant une longue période ; plutôt, elle doit se rendre compte qu'elle pourra difficilement prévoir à l'avance ses activités habituelles.

Sa priorité sera le sommeil de son bébé et le sien ! Lorsque son bébé sera rassasié et qu'elle-même aura les forces nécessaires à vouloir sortir de la maison, elle pourra (devra) alors le faire afin de se changer un peu les idées. Psychologiquement, cela veut dire que ses priorités changent et qu'elle doit tout faire pour vivre cette nouvelle donne dans la joie.

Se préparer mentalement à ces changements permet aux personnes qui accordent une grande importance à leurs activités quotidiennes d'accepter de les voir être mises en parenthèses pendant un certain temps. Si une mère vit mal le fait de ne plus pouvoir aller à son rendez-vous culturel hebdomadaire à cause d'une nouvelle naissance, c'est qu'elle a mal préparé l'arrivée de son enfant. Cela était prévisible et elle aurait dû prendre les mesures pour l'accepter mentalement.

D'autre part, si la jeune mère entre dans la catégorie des « fées du logis », elle doit prendre conscience qu'elle est dans une situation dangereuse. De fait, cela est souvent vrai : plus une maison est ordonnée et bien entretenue, plus la maîtresse de maison est tendue si elle sait ou s'aperçoit que les choses changent et que la poussière apparaît sur les étagères, les jouets de plus en plus nombreux à joncher sur le sol, la cuisine pas très propre... Certes, l'ordre et la propreté dans un logement sont important ; cependant, dans les situations où les conserver devient (presque) impossible, il faut pouvoir s'en passer. Les personnes qui se savent faibles dans ce domaine doivent s'y préparer.

À suivre...

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de Isabelle bath Rebecca.

Pour dédicacer un Dvar Tora, cliquez ici.