Lire les Téhilim (Psaumes) 10:6

(David Schauer)

“Il [le méchant] dit en son cœur : 'Je ne chancellerai point ; jusqu'à la fin des générations, je ne serai dans l'adversité'.” (Psaumes 10: 6)

La personne méchante (racha' ) est celle qui s'oppose d'une façon directe à la volonté de D-ieu, ainsi qu'aux individus qui la suivent. En d'autres termes, ne pas suivre la totalité des commandements bibliques ne rend pas une personne méchante. Plutôt, les dénoncer, les combattre et désirer nuire aux personnes qui essaient de les suivre est le signe distinctif du racha'.

Un des signes fréquents des récha'im est leur assurance effrontée. Rien ne semble leur faire peur et leur orgueil paraît sans limites. Ils sont tellement persuadés de la justesse de leur cause qu'ils se donnent le plus souvent une vie éternelle : grâce aux générations futures qui sont censées poursuivre leur tâche, qu'à D-ieu ne plaise.

Une nécessaire fragilité inhérente

Loin de ce trait de caractère abominable se trouve le Juste. Sa dépendance totale par rapport au Maître du monde, sa fragilité absolue et sa prise de conscience du caractère furtif de son passage en ce monde le placent à l'opposé du racha'. Entre les deux, nous oscillons et notre vie quotidienne est notre lutte pour nous rapprocher du premier et nous éloigner du second.

Les obstacles que nous devons affronter en ce monde sont nombreux et bien prétentieuse est la personne qui est certaine de les surmonter grâce à ses propres forces, sa propre intelligence... À l'inverse, ce sont nos appels incessants en direction du Ciel (lors de nos prières) qui doivent nous donner l'espoir de la victoire prochaine. Plus nous déclarons notre faiblesse, plus Hachem libère notre chemin des ornières qui nous empêchent de progresser vers le Divin.

Si le Juste est certain d'une chose, c'est de son incapacité totale à remporter la victoire face aux challenges de la vie. En même temps, le Juste est certain que rien n'est impossible pour le Créateur et que sa survie dépend entièrement des sphères célestes. Là ou le racha' se met en avant (orgueil), le Juste s'efface ; d'autre part, ce que nie le racha' (la foi) est le fondement de l'existence du Juste. Rien ne les oppose plus que ces deux notions.

Certainement, nous ne sommes pas des récha'im ! Pourtant, nous devons prendre garde à ne pas adopter leur comportement, ni leur mode de pensée. Ainsi, la certitude de détenir les forces nécessaires à la victoire face aux défis quotidiens n'est pas le signe des Justes ; faisons attention à ne pas le faire nôtre ! D'autre part, si nous ne cessons pas de demander l'aide du Ciel et faisons d'Hachem notre plus fidèle confident, nous nous rapprochons de l'attitude des Justes. Il nous suffit de choisir le signe dominant de notre caractère et à qui nous voulons ressembler.

Aborder la vie avec une modestie extrême est notre obligation. Savoir que tout est décidé par D-ieu – nos réussites, ainsi que nos échecs – doit être une évidence pour nous. Plutôt que de présumer de notre force, notre mission ici-bas consiste à faire de notre mieux pour surmonter les obstacles que nous rencontrons et demander à Hachem qu'Il nous fasse rencontrer la réussite, même si cela doit être fait dans l'adversité !

À suivre...

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de Kevin ben Katia.