Chavou'oth : du sommeil et du lait


Les habitués de la fête de Chavou'oth le savent bien : les deux aspects particuliers de cette fête sont la nuit de Chavou'oth – pendant laquelle les hommes essaient de ne pas dormir et étudient la Tora – et le repas à base de lait que nous consommons la matin de la fête... avant d'aller se coucher épuisés de cette nuit blanche !

Une pureté nécessaire

La fête de Chavou'oth est celle du don de la Tora ; de fait, c'est ce jour-là qu'Hachem donna la Tora au peuple juif – et à toute l'humanité – au mont Sinaï. Si les commandements bibliques destinés aux juifs sont nombreux (613 exactement !), il en existe qui sont plus importants que d'autres. Bien sûr, il n'est pas question de déduire nous-mêmes cet ordre de priorité : notre risque d'erreur serait trop important ! Plutôt, nous devons nous servir de la Parole divine pour le découvrir.

Lorsque Moché grimpa au sommet du mont Sinaï, D-ieu lui dit : « Si vous gardez Ma Brith (alliance), vous serez Mon trésor entre tous les peuples ! » (Exode 19:5). « Garder la Brith » fait référence à la pureté sexuelle que chaque personne doit conserver : par la pensée, par la parole et évidemment dans les faits. En d'autres termes, Hachem dit au peuple juif : « Si vous avez une vie morale, vous serez Mon véritable peuple. »

Dans la mesure où ces paroles ont été prononcées les jours qui ont précédés le don de la Tora, elles doivent être prises pour une forme d'avertissement. Ainsi, nous apprenons de cela que l'aspect essentiel du don de la Tora dépend de la pureté sexuelle de chaque individu. Ceci est la marque imposée sur le peuple juif par le Maître du monde : « Ne soyez pas comme les autres nations de l'univers ; conservez une vie pure dans le domaine sexuel et n'adaptez pas le comportement des autres peuples de la terre. »

C'est pour cette raison que nous restons éveillés la nuit de Chavou'oth : afin de vaincre le sommeil (spirituel) dans lequel nous risquons de tomber si nous prenons exemple sur les nations du monde et sur leurs mœurs désordonnés. Le combat que nous menons cette nuit-là contre le sommeil n'est pas seulement (et même principalement) contre le sommeil physique. Plutôt, nous désirons rester éveillés spirituellement, c'est-à-dire restés à l'écoute de la Volonté divine et déployer les efforts adéquats pour la suivre.

De plus, après la prière du matin, nous avons l'habitude de consommer – le matin de Chavou'oth – un repas à base de lait. Cela s'oppose à notre habitude de servir des repas de viande les jours de fête. Quelle raison nous fait faire une exception à cette règle ? Quel rapport existe-t-il entre le lait et le don de la Tora ?

Il est écrit dans le Cantique des cantiques (5:12) : « Ses yeux sont comme des colombes sur le bord des cours d'eau ; ils semblent baignés dans le lait. » Selon le Zohar, le verset fait référence aux yeux de la Providence divine qui nous protègent grâce aux yeux ouverts que nous conservons pendant la nuit de Chavou'oth en ne dormant pas. C'est pour cette raison que nous consommons des produits laitiers le matin de Chavou'oth : les yeux de la Providence divine « semblent baignés dans le lait. »

C'est cette Providence divine que nous désirons tellement attirés sur nous et sur les nôtres. C'est elle qui nous protège des souffrances liées à la vie dans ce monde, qu'à D-ieu ne plaise. Le prophète Isaïe a dit (Isaïe 1:18) : « Vos péchés – fussent-ils comme le cramoisi – peuvent devenir blanc comme la neige. » Le message est clair : pour nous rapprocher de la Providence divine – c'est-à-dire D-ieu – nous devons nous repentir. Nos péchés deviendront ainsi blancs comme la neige.

Nos Sages nous ont appris que nous n'avons nul besoin de prendre le repas de Chavouo'th les pieds dans la neige ! Plutôt, c'est le lait qui symbolise cette pureté souhaitée et c'est à sa base que le repas de fête est donc préparé.

Bonne fête de Chavou'oth à tous !