Pour ne pas se tromper



J'ai récemment expliqué les critères qui permettent de nous aider à trouver un guide spirituel. Certains de mes lecteurs m'ont demandé : “Pour quelle raison dois-je avoir un guide spirituel ?”

La question sous-jacente à cette interrogation est l'étonnement de certaines personnes : ne pourrait-on pas étudier la Bible tout-e seul-e et suivre notre bout de chemin sans avoir un guide ? En fin de compte, les livres sont accessibles dans toutes les langues et rien ne nous empêche de les étudier. Tout au plus, on comprend le plus souvent qu'il faille s'adresser à une autorité experte dans le cas d'une question qui a trait à la halakha (loi juive). Cependant, un guide pour nous dire ce que nous devons faire en dehors du domaine de la halakha ? Sommes-nous des incapables ?

Une attache extérieure pour ne pas sombrer

Afin de mieux saisir l'importance de posséder un guide spirituel, nous pouvons utiliser une analogie : celle d'un bateau et de ses ancres.

Un bateau peut être extrêmement lourd. Pourtant, s'il désire rester stable, il lui est indispensable de posséder des ancres qu'il lancera pour s'accrocher solidement au fond de la mer. Le poids d'une ancre est minime par rapport à celui du bateau ; pourtant, c'est elle qui lui permettra de ne pas partir à la dérive.

Dans le domaine spirituel, notre ancre est notre guide spirituel. Une personne peut être “extrêmement lourde”, c'est-à-dire extrêmement versée dans l'étude des textes saints. Son savoir peut être important et ses connaissance presque sans limites. Pourtant, à l'image du bateau, elle peut dériver si elle ne possède pas une attache extérieure.

On rencontre cela fréquemment chez les personnes qui étudient depuis longtemps sans bénéficier d'un-e partenaire d'étude. Le chemin que prennent ces personnes est rempli d'erreurs, d'interprétations fausses et d'idées inexactes… que l'absence de partenaires rend inévitable.

Personne ne niera qu'elles peuvent posséder une connaissance impressionnante. Pourtant, étudier seules ne les confrontent pas à leurs erreurs. Plus cette situation dure, plus la rectification du problème devient difficile. Après un certain temps, ces personnes peuvent être littéralement perdues dans la mer de la Tora, que D-ieu nous préserve.

Si l'ancre représente peu de poids face à un bateau, le guide spirituel représente peu face à l'étendue de la littérature sainte. Pourtant, sa présence nous permet d'avoir un regard extérieur – et donc plus neutre que le nôtre – sur notre cheminement. C'est notre guide qui nous fera remarquer que nous avons mal interprété un passage de la Bible. C'est aussi lui qui nous dira que nous avons mal compris un extrait de halakha.

La vie est remplie de questions qui ne concernent pas l'aspect strict de la loi juive. Quelques exemples les plus courants : que faire pour avoir une relation de couple marquée par la paix ? De quelle façon peut-on donner l'amour de la vie juive à nos enfants ? Quelle est la juste mesure entre le travail et l'étude des textes saints ? Etc.

Si nous avons de la difficulté à nous attacher à un guide, posons-nous la question : monterions-nous dans un bateau démuni d'ancres ? Si ce dernier nous paraîtrait – à raison – peu sûr, nous sommes dans la même situation si nous faisons confiance qu'à nous-mêmes.