Être religieux ? Pourquoi ?


“Cher David-Yits'haq,

Il existe des personnes qui vivent très sainement sans être religieuses. Quelle différence y a- t-il entre une personne croyante et une qui n'est croyante ? Les deux ne peuvent-elles pas avoir un certain respect envers leur prochain ?” (Yossi N., Israël)

Yossi,

Il n'est pas toujours facile de donner la définition d'une “personne religieuse” et d'une “personne non religieuse.” Dans tous les cas, cela n'est nullement lié aux vêtements qu'elle porte. Il est simpliste de croire qu'un individu est religieux parce qu'il porte un chapeau noir, tandis qu'un autre ne l'est pas car il porte un jeans.

“Être religieux” fait référence au rapport que nous entretenons avec la volonté du Créateur (essayons-nous de la suivre ou pas ?) et aux pensées qui résident dans notre cœur (pensons-nous à Hachem et L'aimons-nous ?) Ainsi, la personne religieuse est celle qui fait des efforts pour mettre en pratique les commandements que D-ieu nous a donnés et qui place le Maître du monde au cœur de ses pensées.

Inversement, la personne qui n'est pas religieuse est celle qui ne suit pas les Commandements divins et qui pense à tout… sauf à D-ieu. Bien sûr, le nombre est infini de variations d'un niveau à l'autre car il n'existe pas deux personnes qui se trouvent au même niveau spirituel.

Une différence importante

Avec cette définition, on comprend que les deux personnes auxquelles vous faites référence peuvent effectivement “avoir un certain respect envers leur prochain.” Le contraire eut été étonnant. Pour quelle raison une personne qui mange un aliment qui n'est pas kacher devrait-elle entretenir obligatoirement de mauvais rapports avec son voisin ? La différence entre la personne religieuse et celle qui ne l'est pas se trouve ailleurs.

En premier lieu, je ne suis pas d'accord avec vous lorsque vous dites que les deux peuvent “vivre sainement.” Je suis certain que vous regardez le monde dans lequel nous vivons. Il s'agit d'un monde de malades dans lequel règnent le mensonge, le stress, la violence… La quasi-totalité des gens sont malades d'une ou de plusieurs maladies : le mensonge en est une ; le stress en est une autre ; être dominé par les demandes de notre corps en est encore une…

Je ne prétends pas que prier, étudier la Tora et essayer de respecter la Volonté divine ôte tous ces problèmes. J'aimerais bien vous le dire, mais je vous mentirais. Plutôt, cela est une aide pour nous en débarrasser. Cependant, il ne faut pas considérer la pratique des mitswoth comme une forme de médecine tranquillisante. Cela reviendrait à faire d'Hachem un simple médecin généraliste, ce qui serait plutôt réducteur.

La motivation pour suivre les commandements se trouve dans une des deux raisons suivantes :

1) La peur de la punition. Lorsque la dernière heure de la vie d'un individu a sonné, il devra rendre des comptes et peut importe s'il a aimé son prochain : s'il n'a pas fait un minimum d'efforts pour suivre ce que nous enseigne la Tora, les lendemains de son décès risquent d'être agités, pour dire le moins.

2) L'amour de D-ieu. Pourquoi mettre de côté l'amour que nous pouvons donner au Créateur ? Nous trouvons-nous tellement malheureux pour n'avoir aucune raison de Le remercier et de Lui être une source de plaisir ? Aimer Hachem ressemble un peu à aimer sa femme : avant qu'on ne la rencontre, on vivait sans cet amour. Cependant, le jour où nous commençons à l'aimer, nous n'avons qu'une seule envie : chaque jour, l'aimer encore plus.

Nous devons demander au Maître du monde de nous envoyer du Ciel l'envie de L'aimer. Heureuse est la personne qui connaît cet amour : le monde matériel devient si petit à ses yeux qu'il en existe presque plus.