Compter le 'Omer (1)


Nous sommes dans la période où nous comptons le 'Omer. Quelle perception spirituelle pouvons-nous obtenir de ces jours uniques de l'année juive ?

Le Rav Lazer Brody répond :

“En vertu du 'Omer que j'ai compté aujourd'hui… puis-je être purifié et sanctifié avec la Sainteté supérieure et que ceci puisse permettre une influence de grande abondance dans tous les mondes.” (Seder Sfirath Ha'Omer, prière de conclusion).

Chaque soir, à la conclusion du décompte du 'Omer, nous demandons à Hachem d'être purifiés et sanctifiés. Nous disons également que notre purification et notre sanctification provoquent une influence d'abondance formidable dans tous les mondes : le matériel et le spirituel.

Avant d'essayer de comprendre les principes indiqués ci-dessus, nous devons réaliser qu'à Pessa'h (la Pâques juive), le peuple d'Israël est une nation d'esclaves qui viennent d'être libérés. Non seulement nous étions des esclaves nouvellement libérés lorsque l'exode d'Égypte a eu lieu, mais chaque année à Pessa'h, nous le sommes de nouveau.

Pessa'h est le moment de l'année qui est le plus éloigné des fêtes de Roch Hachana (le jour de l'an juif) et de Yom Kipour (le jour du Grand pardon), lorsque tout Israël fait téchouva (se repent) à cause de la peur de D-ieu que nous ressentons. Le fait que Pessa'h se situe à la fin de l'hiver n'est pas anodin : c'est lorsque les jours se réchauffent que nous baissons la garde et nous nous retrouvons les esclaves de nos désirs physiques et de nos appétits malsains.

À Pessa'h, nous complétons le processus qui consiste à nettoyer l'aspect physique de notre environnement du 'hametz (le levain). En même temps, nous commençons le processus spirituel qui nous permet de nettoyer notre cœur… afin de nous mener vers la liberté.

La téchouva est le nettoyage de cœur de toutes les sortes de mal
La véritable liberté – qui inclut la liberté face à la pression sociale et aux besoins physiques – vient de la Tora. Par conséquent, même si nous avions brisé les chaines de l'esclavage à Pessa'h, nous n'avons pas été réellement libres jusqu'au jour où nous avons reçu la Tora, cinquante jours plus tard, à Chavou'oth.

Pendant les 49 jours intermédiaires, nous comptons le 'Omer. Ceci est un processus afin de nous préparer à recevoir la Tora. Rabbi Nathan de Breslev a dit que chacun des 49 jours rectifie un attribut de caractère qui correspond aux 48 façons différentes pour atteindre la Tora (consulter le traité Avoth 6:6 pour la liste entière), tandis que le 49ième jour sert de correction à nos prières.

Rabbi Nathan a écrit (Abrégé du Liqouté Moharan 63:2) que les 49 jours du 'Omer correspondent également aux 49 portes de la téchouva (du repentir). En récitant les Téhilim (Psaumes) chaque jour, nous pouvons ouvrir la porte de la téchouva. Par conséquent – conclut Rabbi Nathan – dire les Téhilim chaque jour du 'Omer est extrêmement important.

Le principe de Rabbi Nathan qui mêle les Téhilim et la téchouva explique la façon dont la purification de notre âme pendant les jours du 'Omer invoque l'abondance dans tous les mondes. Nous pouvons mieux comprendre ce principe – avec l'aide de D-ieu – grâce à l'aide d'une parabole :

Suite…