Chavou'oth approche !


Et si nous nous préparions pour Chavou'oth ?

Ma tête est encore à Méron – sur la tombe de Rabbi Chim'on Bar Yo'haï – et j'allais presque oublier que la semaine prochaine, c'est la fête du don de la Tora ! Cela serait regrettable car Chavou'oth est le parfait antidote pour les personne de mon type : qui dorment toute l'année.

Un sommeil interminable

Je vous l'accorde, je ne fais pas référence au sommeil physique. De ce côté, je remercie D-ieu pour m'accorder Sa compassion et m'accorder de ne pas devoir dormir outre mesure chaque nuit. Mes enfants le savent : lorsqu'ils me voient couché dans mon lit, ils comprennent de suite que ma santé n'est pas au meilleur de sa forme. Je considère mon lit comme le dernier endroit où aller pour me reposer et le moins j'y passe de temps, le mieux je me porte !

Le sommeil qui nous guette tous – et qui est bien plus dangereux que le physique – est le sommeil spirituel. Celui-ci est plus dangereux car tout en étant endormis spirituellement, nous pouvons croire que nous sommes pleinement éveillés et que tout va bien dans notre vie. Pourtant, l'absence de spirituel dans nos faits et gestes quotidiens est un mal largement répandu dans notre génération. Dans la mesure où il n'existe pas encore de pilules pour éviter ce sommeil, nous devons faire l'effort pour le déceler et le combattre.

Afin de déceler si nous sommes atteints du sommeil spirituel, posons-nous quelques brèves questions :

1) Sommes-nous en paix avec nous-mêmes (en d'autres termes, sommes-nous sur les nerfs ou d'un tempérament plus calme) ?

2) Vivons-nous une vie de couple satisfaisante (avant de répondre, je vous conseille de demander l'avis de votre femme) ?

3) Combien de temps passons-nous chaque jour avec nos enfants (quelle est la dernière fois où nous leur avons raconté une histoire à l'heure du coucher) ?

4) Avons-nous une vague idée d'un objectif quelconque dans notre vie ou prenons-nous les jours qui passent les uns après les autres sans réflexion particulière sur leur nature ?

Chavou'oth : le réveil du juif

La fête du don de la Tora doit nous servir à ouvrir les yeux. Si nous avons répondu “non” aux questions précédentes, il est temps de revêtir nos habits d'êtres humains et d'utiliser un peu du potentiel intellectuel que D-ieu nous a confié. Certes, utiliser ses neurones pour un projet au bureau, pour acheter une maison… est une activité commune à tous, mais nous pouvons également utiliser notre puissance intellectuelles pour quelque chose de plus élevé.

Levons les yeux vers le ciel. Prenons le temps de penser à qui nous sommes, à ce qui nous fait. Nous avons tous besoin de réaliser des achats quotidiens ; cependant, lorsque l'essentiel de notre vie devient une suite interminable d'achats de toutes sortes, il faut se demander si nous adoptons le bon comportement.

Rien ne sert d'instaurer une journée sans achats si nous recommençons de plus belle nos tournées des vitrines dès le lendemain. Plutôt, il s'agit de savoir qui nous sommes et ce qui nous définit : le matériel ou le spirituel, l'animal ou l'humain.