Pessa'h : la main de D-ieu

Depuis l'éternité, les adversaires des juifs les accusent de meurtres imaginaires – le plus souvent à l'encontre de leurs enfants – et partant, justifient la violence perpétuée à l'égard du peuple d'Israël. Ces histoires ont été maintes fois racontées et une des périodes les plus propices à ces mensonges est celle de Pessa'h (la Pâques juive). Selon cette calomnie, les juifs tueraient des enfants non juifs pour utiliser leur sang dans la fabrication des matsoth (les galettes mangées pendant Pessa'h).

Un destin peu ordinaire

Dire qu'il s'agit d'un mensonge est peu dire. De fait, les juifs ne consomment pas le sang, ni celui des animaux et encore moins celui des humains. Selon la halakha (la loi juive), le sang est une matière interdite. C'est pour cette raison que la viande kachère doit être préparée par un abatteur rituel qui s'assure que le sang de l'animal a bien été vidé.

D'autre part, les matsoth (les galettes de Pâques) sont consommables uniquement si elles ont été faites avec de la farine et de l'eau. Rien de moins et rien de plus. L'addition de sang – en plus du fait d'être peu appétissante – rendrait ainsi les matsoth non kachères.

Ces deux remarques ne sont pas anodines. Lorsqu'un mensonge est prononcé, il y a le plus souvent une part de vérité dans ce qui est dit. Par exemple : si une personne dit à son ami qu'il a vu un arbre voler dans le ciel, il y a peu de chance que son ami le croit. De même, si je vous disais que la Canebière a été déménagée à Paris, vous ne me croiriez pas. Aussi longtemps qu'une chose ne peut pas se produire, personne ne vous croira si vous affirmez qu'elle s'est produite..

Si une personne désire mentir, elle dira certainement quelque chose qui détient une part de vérité, de possibilité. “Il a neigé à Marseille” peut être un mensonge car cela peut être cru : il a déjà neigé à Marseille. “Le Onze de France est une bonne équipe de football” est pour certains un mensonge ; la raison en est que pour d'autres, le Onze de France est effectivement une bonne équipe.

Le Rav El'hanan Wasserman, z.ts.l., a relevé l'étrangeté et l'absurdité de l'accusation de “meurtres rituels” à l'encontre des juifs. Cette accusation est encore propagée de nos jours dans les pays arabes et le fait qu'elle soit crue dépasse toute logique. Le Rav Wasserman, z.ts.l. a écrit qu'il est impossible qu'un mensonge sans aucun fondement puisse être cru de la sorte. Depuis des millénaires, des millions de personnes croient en ce mensonge, alors que sa faisabilité est nulle. En d'autres termes, il s'agit d'une exception à la règle selon laquelle tout mensonge possède une part de vérité ou de faisabilité.

L'existence de ce phénomène – conclut le Rav Wasserman – prouve ainsi que cette accusation est à classer dans la catégorie des évènements surnaturels et qu'il s'agit d'une Punition divine pour des fautes commises collectivement par le peuple juif.

Cette explication nous permet de constater que le Maître du monde surveille de près Ses enfants et que ces derniers ne doivent pas s'en remettre au cours normal des choses de la vie pour poursuivre leur vie. Plutôt, nous devons savoir que D-ieu nous garde et nous surveille et qu'à Sa volonté, nous pouvons devenir les jouets des autres nations du monde, même si cela leur fait révéler leur bêtise.