La bénédiction des arbres


À compter d'aujourd'hui, nous pouvons prononcer la bénédiction des arbres. Cette bénédiction ne peut se dire qu'une seule fois chaque année, lorsque nous voyons un arbre fruitier en fleur. En prononçant cette prière, nous louons D-ieu pour le fait qu'Il renouvelle sans cesse l'action de Création et nous Le remercions pour avoir créé des arbres merveilleux dont nous pouvons recevoir un grand plaisir.

Cette saison de l'année est celle où nous sortons frileusement de l'hiver (aujourd'hui : 5º C à Montréal et 21º C à Jérusalem !). La beauté de la nature reprend droit de vie et si nous lui accordons l'importance qui lui revient, nous ne pouvons que nous émerveiller devant les arbres en fleurs, annonciatrices des futurs fruits du printemps.

Un plaisir à partager

Cette bénédiction est courte et chaque personne peut la prononcer : “Sois béni, Éternel notre D-ieu, Roi du monde, qui ne prive le monde de rien, qui a créé d'excellentes créatures et des arbres productifs pour en faire profiter les fils d'Adam.” Même si de nombreuses personnes récitent cette bénédiction en hébreu, ne soyez pas timides si vous devez la dire en français. Le Maître du monde comprend également la langue de Molière ! Faites simplement attention à ne pas la prononcer devant un arbre fruitier sans fleurs.

Même si selon la halakha (loi juive) nous pouvons réciter cette bénédiction dès l'instant où nous voyons un arbre en fleur, l'habitude est d'attendre le premier jour du mois juif de nissan (mars-avril). Dans certaines régions du globe – comme en Israël – cela signifie attendre plusieurs semaines car les fleurs sont déjà apparues depuis longtemps. Dans d'autres régions, il faut attendre encore plusieurs semaines pour prononcer cette bénédiction ; les pieds dans la neige, les arbres ont besoin de plus de temps pour montrer leurs fleurs !

Dans tous les cas, l'idée principale à retenir est qu'en récitant la bénédiction des arbres, nous désirons dire à D-ieu le plaisir que nous éprouvons à vivre dans le monde qu'Il a créé à notre égard.

Si nous accordons cette primauté aux arbres, c'est que l'être humain est un peu à leur image. Régulièrement dans notre vie, nous nous sentons “les pieds dans la neige” – submergés par les différents problèmes et défis de la vie quotidienne – et nous avons l'envie irrésistible de nous retirer sous notre couverture et d'ignorer notre environnement.

La bénédiction des arbres nous permet d'affirmer notre conviction que les problèmes peuvent ressembler à une vague prête à nous avaler, mais nous gardons l'émouna (la foi) que D-ieu sera toujours à nos côtés pour nous aider. Si nous gardons à l'esprit que Sa présence auprès de nous est constate, les plus graves problèmes passeront certainement, comme la neige qui finit par fondre.

En ce premier jour du mois juif de nissan, nous réaffirmons au Créateur notre volonté de sortir la tête des fosses de toutes sortes sont le seul objectif consiste à nous faire tomber : la tristesse, l'énervement, le stress…

Avec joie et chaleur, récitons aujourd'hui – ou dès que nous le pourrons – la bénédiction des arbres. Il faudra attendre une année entière pour la réciter de nouveau !