S'approcher, encore un peu...


S'approcher de D-ieu, c'est s'effacer un peu plus chaque fois. Le “bitoul ” (“annulation”) complet n'est sans doute pas à la portée de tous, mais l'essentiel est de reconnaître son importance et d'essayer de s'en rapprocher tout au long de notre vie. C'est à cette condition qu'une personne pourra remplir la Volonté divine à la perfection.

Le mauvais penchant nous joue des tours. Selon lui, ne pas enfreindre les lois bibliques et rabbiniques représente la perfection. Il n'en n'est rien !

Bien sûr, il est bon de respecter les textes de lois. De fait, celui ou celle qui s'en détache s'expose sans aucun doute à des lendemains douloureux. Pour autant, croire qu'en ne faisant pas ce qui est interdit nous démontrons à la perfection notre amour envers le Créateur est inexact. Nous l'avons dit maintes fois : D-ieu désire notre cœur.

Un chemin à étapes

Ainsi, la première étape consiste à ne pas faire ce qui est interdit. Cela n'est pas facile et demande une étude quotidienne des textes de loi, chacun selon ses possibilités, sa disponibilité...

La seconde étape exige que nous effacions notre notion de plaisir pour faire place à celle qui correspond au plaisir du Ciel. En d'autres termes, nous devons viser le niveau où ce qui nous fera réellement et entièrement plaisir est exactement ce que le Créateur désire. L'histoire de Samson est riche d'enseignement.

Samson avait épousé une femme philistine de la ville de Timna. L'objectif de ce mariage était de permettre à Samson de vivre au sein des philistins afin de trouver un prétexte pour les attaquer. L'idée n'était pas seulement de lui, mais venait également de D-ieu (Les Juges 14 : 4). Le mariage fut célébré et l'objectif de Samson partiellement atteint.

Cependant, les parents de Samson – qui ne connaissaient pas l'Origine divine du projet – s'étaient étonnés du choix de leur fils. “N'y a-t-il pas une femme dans ta parenté ou dans le reste de notre peuple, que tu ailles en chercher une parmi ces philistins ?” Samson leur avait répondu : “Celle-là me plait.” C'est dans ce sentiment que réside l'erreur de Samson.

La Guemara Sota 9b nous apprend que l'erreur de Samson fut de désirer physiquement sa future femme, même s'il savait que D-ieu désirait qu'il l'épouse. Le bitoul total consistait à n'éprouver aucun sentiment particulier et à épouser cette femme car ainsi le voulait la Volonté divine. Pour avoir mêlé son intérêt personnel à sa mission sainte, Samson fut puni.

Qu'on se rassure : le Créateur du monde exige de chacun d'entre nous ce qui nous pouvons Lui accorder. À notre niveau, cela signifie qu'en nous comportant ainsi que Samson l'a fait, nous n'aurions encouru aucune peine.

Malgré tout, cette histoire doit nous permettre de nous rendre compte à quel point nous sommes éloignés de D-ieu lorsque nous pensons à faire plaisir à notre cœur, à nos passions, en nous assurant simplement que nous n'enfreignions aucune loi.

Un autre avertissement : il ne sert à rien de vouloir jouer les grands seigneurs. Nous ne pourrons certainement pas revêtir les vêtements de l'homme totalement pieux en un seul jour. Il se pourrait même que nous ne parvenions jamais à un niveau de perfection totale. Que cette pensée ne nous décourage pas ! Au contraire, elle doit nous motiver à nous améliorer chaque jour.

En offrant à D-ieu notre désir de nous rapprocher de Lui – malgré nos erreurs et nos chutes spirituelles – nous Lui offrons ce que nous avons de plus cher. Puissions-nous mériter un tel désir.