Enfants de Noé ou l'économie d'une conversion


“Cher David-Yits'haq,

Je désire me convertir au judaïsme, mais j'avoue avoir un peu peur de l'accueil que les rabbins me réservent. Pouvez-vous me rassurer et m'indiquer ce que je peux faire pour réussir ma conversion ?” (Myriam C. de France)

Chère Myriam,

Avant de penser à vous convertir, je vous propose de réfléchir sérieusement à votre motivation réelle. Le plus souvent, le désir de se convertir est la conséquence d'un aspect technique des lois du mariage juif : un tel mariage ne pouvant se dérouler qu'entre deux personnes juives, celle qui ne l'est pas doit se convertir avant de pouvoir vivre les joies du mariage. La réalité est que le plus souvent – dans ces conversions – la place réservée à D-ieu n'est pas la plus importante… si elle existe.

Se convertir… pour se rapprocher de D-ieu ?

Idéalement, l'envie de se convertir devrait provenir d'un sentiment d'amour qu'une personne ressent envers D-ieu. Même s'il peut s'avérer difficile de mettre des mots sur ce type de sentiments, la personne peut sentir au fond d'elle une envie de se rapprocher d'Hachem et de vouloir faire Sa volonté. Lorsque nous sommes dans ce genre de logique, la pureté des sentiments de chaque personne peut quelquefois atteindre une beauté que seul le Maître du monde peut apprécier à sa juste valeur.

L'ironie est qu'un sentiment d'amour et de volonté de se rapprocher du Divin ne demande aucune conversion de la part de l'heureux-se élu-e. Des générations entières d'individus ont vécues – et vivent encore de nos jours – avec l'idée que la Tora (Bible) s'adresse uniquement aux juifs, et aux chrétiens si on y ajoute la partie non divine que ces derniers ont rajoutée. Rien n'est plus faux. Faire croire que la Parole de D-ieu ne s'adressait à l'origine qu'aux juifs est une insulte envers le Créateur.

La Parole divine est universelle

La Parole divine est universelle et la Tora (c'est-à-dire : la Genèse, l'Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome) s'adressent à tous les êtres vivants. Celle-ci les classe en deux catégories distinctes : un groupe de “prêtres” (le peuple juif) qui a la responsabilité de servir D-ieu d'une façon constante et avec un nombre de commandements importants (613 exactement). L'autre catégorie de personnes est le reste de l'humanité à laquelle D-ieu demande de suivre les sept lois de Noé. Ainsi, que l'on soit né juif ou pas, il n'y a aucune raison de vouloir changer le cours normal de la vie : il nous suffit de tenir le rôle que D-ieu nous a confié le jour de notre naissance.

C'est pour cette raison que la conversion ne doit pas être la voie choisie a priori – par une personne non juive – pour se rapprocher d'Hachem. Plutôt, cette personne doit apprendre la nature des lois de Noé (qui incluent également les lois adjacentes aux sept lois initiales) et la façon de les suivre du mieux qu'elle peut. De la sorte, elle accomplira exactement ce qu'elle désirait faire en se convertissant.

Voici mon conseil à toute personne qui pense à se convertir au judaïsme : commencez à vous documenter sur les lois de Noé (et pour cela, il vous suffit de lire les articles de la rubrique “Bnei Noah”) et mettez vous à cœur de suivre la volonté de D-ieu telle que le statut de votre naissance vous le demande.

J'ai l'habitude de répondre à toutes les questions des personnes non juives qui ne désirent pas ignorer leur nature spirituelle, mais qui ne se sentent pas proches des autres religions (pour des raisons qui seraient trop longues à expliquer ici). Vivre sa vie d'“enfant de Noé” est une façon merveilleuse de satisfaire son besoin de spiritualité, tout en faisant ce qu'Hachem attend de nous.

Je vous souhaite beaucoup de succès dans votre nouvelle entreprise et attends avec impatience vos questions.