Paracha Térouma - Rabbi Nathan de Breslev

Paracha Térouma - Rabbi Nathan de Breslev

Dédiée à la réfoua chéléma d’Israël Chalom ben Julie Rzala, Alice Aliza bat Maïssa et Rina Brakha bat Esther.

« Ils me feront un sanctuaire et Je résiderai en eux. » (Vayiqra 25:8)

Rabbi Na’hman de Breslev enseigne :

« Tous les mondes n’ont été créés que pour Israël, ainsi qu’il est écrit : "pour Ma présence (kavod) Je les ai créés, formés et matérialisés" (Isaïe 43), c'est-à-dire que les mondes de création-formation-matérialisation n’ont été créés que "pour Ma présence (la présence de D-ieu)" et " Ma présence" c’est Israël ainsi qu’il est écrit "Je résiderai en eux", verset que les sages ont commenté ainsi : il n’est pas écrit "Je résiderai en lui (le sanctuaire)" mais "en eux", cela t’apprend que D-ieu fais résider Sa présence en chaque personne d’Israël (Talmud Taanit).

Il s’avère donc que le juif est un vêtement de D-ieu et le vêtement est appelé "kavod (présence)" comme on l’apprend de Rabbi Yo’hanan dans le Talmud Chabath (113). En résumé tous les mondes n’existent que pour Israël, afin de leur prodiguer un bien immense. Mais lorsqu’à cause de leurs fautes ils n’arrivent pas à recevoir ce bien alors D-ieu souffre, ainsi qu’il est écrit : "et toutes leurs souffrances sont Sa souffrance" (Isaïe 63) ».

D-ieu est plus que proche de nous, Il est en nous !

De la même manière que celui qui rentre chez lui désire résider dans foyer heureux et être accueilli chaleureusement, D-ieu désire que notre vie soit belle et nous prodigue constamment un bien immense. Car lorsque le juif est heureux alors D-ieu est heureux, c’est pour cela qu’Il a créé le monde. On comprend ainsi pourquoi le saint Ari Haqadoch enseigne que la présence de D-ieu ne se trouve que dans la joie.

Le véritable libre arbitre consiste à ouvrir la porte au bonheur.

« C’est une grande mitswa d’être toujours joyeux » (Liqouté Moharan 24).

La joie se construit, la joie se recherche, c’est un combat permanent qui consiste à ne pas se laisser aller à la tristesse engendrée par la vie quotidienne lorsqu’on n’y installe pas la présence divine. C’est un cercle vicieux ou vertueux.

Un cercle vicieux car lorsqu’on se laisse aller au découragement on éloigne D-ieu et on l’empêche de nous protéger, c’est la porte ouverte à plus de problèmes et donc à plus de découragement et plus d’éloignement divin, D-ieu en préserve. On appelle ceci "l’exil de la Présence divine". C’est pourquoi Rabbénou enseigne dans le séfer hamidot que "la tristesse attire les souffrances". Il faut alors se souvenir que celui qui souffre le plus ce n’est pas nous…

Ou alors un cercle vertueux, car lorsqu’on se bat pour rechercher la joie et préparer un beau sanctuaire à la présence divine alors on ressent un peu plus Sa présence, Sa joie d’être avec nous, et on a envie d’en faire encore plus pour Le rendre heureux et être heureux avec Lui. Et ainsi Rabbénou enseigne que "celui qui est toujours joyeux réussit". Il ne peut pas en être autrement car la joie permet de recevoir le bien immense que D-ieu envoie constamment.

Ouvrir la porte

Nous sommes au mois d’Adar qui est le mois de la joie, cette joie va atteindre son apogée pendant le jour saint de Pourim. Alors profitons-en pour prier D-ieu de toutes nos forces et Lui demander de résider en nous.

Hachem, nous promettons de T’accueillir avec un sourire.


Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de Denis ben Esther.