Lire les Téhilim (Psaumes) 9:17

Piégé...

“L'Éternel s'est manifesté, Il a exercé la justice ; le méchant est pris au piège par ses propres œuvres. Réfléchissez à cela, Sélah ! ” (Psaumes 9:17)

S'il vit dans un monde sans justice, le malaise qu'un individu ressent est gigantesque. En l'absence d'un système minimum de protection et de sécurité, il devient impossible pour les citoyens d'un pays de vivre d'une façon paisible : physiquement et intellectuellement. À l'inverse, l'existence d'une justice apporte la tranquillité d'esprit indispensable à l'homme et l'intensité de celle-ci dépend le plus souvent du degré réel de perfection des juges en fonction.

Dormir tranquille

Certes, la justice parfaite n'est pas de ce monde, mais nous savons tout de même que dans la plupart des cas, il est possible de se défendre devant les tribunaux lorsque nous avons été la victime d'un vol, d'une agression, d'une diffamation... En même temps, les erreurs judiciaires existent et il est certain qu'une personne dont la situation financière est aisée possède plus de moyens d'être entendue par la justice humaine qu'une autre qui est pauvre.

Voici la particularité de la Justice divine : sa perfection. Non seulement les jugements du Maître du monde sont irréprochables, mais il est inutile déposer une requête afin de se faire entendre. De fait, toutes les injustices de ce monde se présentent d'une façon immédiate et automatique devant le Créateur. Ainsi, c'est parfois à l'insu même de la victime que la justice est rendue ! Si nous ne sommes pas toujours conscients d'avoir été victime, le Ciel le sait et justice nous sera rendue.

C'est à certitude de vivre dans un monde dans lequel la Justice divine règne que le Roi David fait référence dans le verset et David fait de cette réalité une opportunité supplémentaire de louer le Créateur. Qui pourrait vouloir s'éloigner de ce qui est juste, bon et parfait ? Qui désirerait remettre en cause la protection imparable sur laquelle nous pouvons compter chaque instant de notre vie ?

Les personnes mauvaises et méchantes ne sont guère intelligentes. S'opposer à la Volonté divine ne peut pas être un ingrédient de réussite : ni en ce monde, ni en le prochain. Voici au moins une raison de nous éloigner des fautes et des transgressions : la certitude que la justice céleste ne l'oublierait pas et que nous paierions obligatoirement les conséquences de notre acte. Certes, ceci n'est pas la meilleure preuve d'amour à l'égard d'Hachem, mais cette pensée possède un avantage : nous permettre de rester sur le droit chemin.

C'est pour inciter les méchants à prendre cette vérité en considération que le Roi David leur suggère de réfléchir à leurs comportements. Nous devons également faire nôtre l'enseignement du doux chanteur d'Israël : de quelle façon pourrions-nous désirer que l'épée de la justice céleste s'abatte sur nos ennemis, tandis qu'elle nous éviterait ? Pouvons-nous réellement demander à D-ieu de nous protéger, de nous faire vivre dans la joie et le bonheur et en même temps nous opposer à Ses commandements ?

La louange du Roi David doit devenir le leitmotiv de notre vie ici-bas : souhaiter, attendre et prier pour être les témoins de la Justice divine. De plus, cette attente et ces prières doivent devenir une source importante de motivation pour nous rapprocher du Divin ; de fait, à chaque pas supplémentaire dans la bonne direction, c'est notre confiance d'être les bénéficiaires évidents de cette justice qui grandit ! Si cette immunité nous demande quelques efforts afin de nous séparer de certains aspects de ce monde, cela n'en vaut-il pas la peine ?

À suivre...

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison d'Avraham ben Johanna.