Likouté Moharan : la citation du jour


“Chaque personne doit attacher sa prière au Tsadiq de la génération.” (Rabbi Na'hman, Likouté Moharan I, 9)

Commentaire : Nos prières ne sont pas des paroles vaines. Nos louanges à D-ieu – ainsi que nos demandes pour nos différents besoins – doivent atteindre le Ciel où elles seront reçues avec la plus grande joie par le Créateur.

La kabbale nous enseigne que les prières de chaque individu doivent passer par une “porte spirituelle” céleste, chacun selon la tribu à laquelle il appartient. Dans la mesure où la quasi-totalité des juifs ne savent plus de nos jours quelle tribu est la leur, il est devenu plus difficile qu'auparavant de faire parvenir nos demandes à l'endroit où elles doivent aller. Ceci est un des coûts à assumer pour être en exil.

Attacher sa prière au Tsadiq ne signifie pas que l'on doit prier le Tsadiq. Cela serait de l'idolâtrie et nous devons faire extrêmement attention à ne pas tomber dans ce service divin des forces du mal. Toutes nos demandes et tous nos besoins peuvent être exaucés par Hachem et uniquement par lui.

Attacher sa prière au Tsadiq signifie que nous lui demandons de se munir de nos paroles et de les présenter à l'endroit adéquat au Ciel. Une prière qui n'est pas attachée au Tsadiq ressemble à une lettre sur laquelle l'adresse du destinataire a été omise. Les chances qu'elle soit lue par la personne intéressée existent, mais elles sont minimes.

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de Rivqa bath Léa.