Bnei Noa'h : des choix difficiles (3)



Une chose est certaine : Hachem ne désire pas nous voir vivre dans la tension, les conflits ou le stress. La personne proche du Créateur le sait très bien : la vie est belle, joyeuse et remplie de moments exquis. S'il nous arrive de voir les choses d'une façon différente, c'est que nous sommes éloignés du Divin et de la vérité absolue, c'est-à-dire celle souhaitée par D-ieu.

Une révolution tranquille

La personne qui possède l'émouna (foi) cherche à se rapprocher un peu plus chaque jour du Maître du monde. À cette fin, elle utilise les outils que lui a confiés Hachem : la prière, l'étude de la Tora et les mitswoth. Chaque personne possède ses qualités et ses défauts et il n'existe pas deux individus identiques. C'est pour cette raison que le Service divin de chaque âme est unique et qu'il ne sert à rien de comparer les uns par rapport aux autres. À chacun son chemin, son allure, son heure...

Pour autant, il existe des points communs qui nous font tous aller vers la même direction. Cela peut être comparé à plusieurs voyageurs qui habiteraient dans des villes différentes, mais se rendraient au même endroit : aucun trajet serait parfaitement identique à celui de son voisin, même si en fin de compte, l'intention de chacun serait la même : atteindre la même destination.

Le chemin qui nous permet de nous rapprocher de D-ieu est longé de balises qui ont été placées par le Créateur Lui-même. De fait, si nous n'avions pas ces balises, comment pourrions-nous savoir où aller ? Ainsi, ce que nous savons être interdit par la Volonté divine est une indication claire que nous sortons de notre chemin si nous franchissons tout de même le pas, qu'à D-ieu ne plaise. D'autre part, chaque mitswa que nous faisons représente un pas de plus en direction de la destination finale.

Au-delà de la distinction habituelle entre les âmes juives et celles des Bnei Noa'h, il existe suffisamment de points communs entre les deux pour que nous partagions vous et moi ce qui représente un aspect fondamental de notre vie : notre rapport quotidien avec Hachem. C'est à chaque instant que nous avons la possibilité de montrer au Créateur que nous L'aimons : en suivant Sa volonté plutôt que la nôtre. En définitive, voici l'objectif que nous devrions désirer atteindre : que Sa volonté devienne réellement la nôtre. Quel programme fantastique à réaliser !

Cependant, nous devons nous méfier du mauvais penchant dont le souhait est de nous voir chuter et nous éloigner du Divin, qu'à D-ieu ne plaise. Une de ses tactiques consiste à nous faire prendre des décisions qui sont censées nous élever spirituellement, alors qu'en réalité, elles nous éloignent de D-ieu. Afin de les déceler, nous devons prier abondamment et demander conseil à une personne plus sage que nous.

Découvrir l'existence d'Hachem en ce monde ne doit pas nécessairement aboutir à se convertir au judaïsme et encore moins à s'opposer aux membres de sa famille. En réalité, c'est exactement l'opposé que désire le Maître du monde ! Chaque individu doit réaliser qu'il est important d'être un honorable représentant en ce monde de la Volonté divine, même s'il n'est pas juif. Les Bnei Noa'h possèdent leurs propres commandements qui leur ont été donnés par le Ciel et il n'y a aucune raison de les rejeter d'un revers de main dans le but de poursuivre un objectif différent qu'on s'est fixé, sans même se demander s'il correspond à la Volonté divine.

Jazz, voici mon conseil : c'est dès aujourd'hui que vous pouvez faire le maximum d'efforts afin de servir D-ieu... en tant que Ben Noa'h. Apprenez ce qu'Il veut de vous et appliquez-le du mieux que vous pouvez. En même temps, montrez un visage souriant aux membres de votre famille. Plus la joie et le bonheur de servir le Créateur se liront sur votre visage, plus vous courez la chance de faire des adeptes ! C'est D-ieu qui a choisi de vous faire venir au monde comme Ben Noa'h et vous possédez toutes les raisons de Le servir de la sorte.

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de David ben Alison.