Bnei Noa'h : des choix difficiles (2)


Cher Jazz,

Votre lettre m'a ému et profondément touché. En vous lisant, j'ai l'impression de déceler en vous une envie de vérité, de connaître le sens profond de chaque chose en ce monde ; en d'autres termes : le désir de connaître le véritable rôle que vous devez tenir en ce monde. Cette attitude vous honore car le monde matériel nous attire constamment vers l'opposé de ces réflexions : la société de consommation, les plaisirs rapides et faciles, l'absence de scrupule... Ainsi, rencontrer un individu qui prend du recul devant cette course effrénée vers le néant est une chose rare et tellement belle. Je vous remercie de m'y avoir convié.

Votre recherche du spirituel semble avoir été inscrite dans vos gênes ! Votre amour de la lecture est un signe important car elle démontre une force à aller chercher l'information, plutôt que d'attendre qu'on vous l'amène. Ce comportement volontaire est un cadeau du Ciel, nous qui devons tous lutter contre notre paresse chronique (physique et intellectuelle).

C'est notre esprit qui mène notre recherche de la vérité et l'individu qui est actif en ce domaine possède plus de possibilités de trouver ce qu'il cherche que les autres. Cela n'est pas difficile à comprendre : l'étude se base sur la lecture de livres et celui qui ne lit pas n'étudie pas. Logiquement, les chances de le voir découvrir-apprendre la vérité sont minimes. 

De faux leaders

Je ne désire pas m'attarder sur les contacts que vous avez eu avec des représentants de l'islam et du christianisme. Certes, on peut être un excellent Ben Noa'h et musulman ou protestant à la fois (cela devient plus difficile si l'on est catholique), mais les réponses que vous avez obtenues montrent que ces personnes ne  connaissent pas réellement la volonté du Créateur. Il est regrettable qu'elles se prêtent au jeu de leaders spirituels car avec elles, ce sont leurs fidèles qu'elles perdent dans le vide spirituel.

Un aspect que vous avez remarqué est la réaction négative de ces personnes lorsque vous avez commencé à poser vos questions. Quelle insulte à l'intelligence humaine de nous faire croire que D-ieu désire être adoré par des êtres sans cervelle et naïfs ! Il est tout à fait légitime de se poser des questions à propos de l'existence d'Hachem, de la façon idéale de Le servir, de ne pas tout prendre pour acquis et d'attendre d'être confrontés à des raisonnement puissants et profonds de la part de ceux qui désirent nous guider vers le Maître du monde.

Le vide auquel vous avez été exposé a fait naître en vous l'envie de vous convertir au judaïsme. Il est exact que cette possibilité existe et que dans certains cas, cela est faisable. Cependant, le plus souvent, l'envie de se convertir naît d'une incompréhension : le sentiment faux que pour servir pleinement D-ieu, il faut être juif. De fait, si l'on pense que le christianisme et l'islam n'ont pas les réponses adéquates à nos questions, que reste-t-il d'autre qu'à se convertir au judaïsme ?

La réalité est pourtant différente et c'est une des raisons d'être de ma présence sur internet : faire savoir à toutes les âmes non juives qui désirent se rapprocher du Créateur qu'elles peuvent le faire sans devoir devenir juives. Cela ne devrait pas vous surprendre : enfin de compte, n'est-ce pas D-ieu Lui-même qui vous a fait naître non juif ? Pour quelle raison devriez-vous penser qu'Il vous a écarté d'un groupe privilégié de personnes (le peuple juif) ?

Plutôt, c'est en votre qualité de Ben Noa'h que vous pouvez servir et vous rapprocher du Maître du monde. Croyez-moi : votre vie spirituelle peut être extrêmement riche en menant une vie de Ben Noa'h et ne pas vous convertir ouvre devant vous un chemin bien plus simple et agréable qu'une conversion à envisager.

Vous évoquez dans votre lettre les tensions que votre éventuelle conversion a fait naître au sein de votre famille. Également, s'engager dans une conversion signifie emprunter un parcours de plusieurs années pendant lesquelles il est presque impossible de se marier et où la personne se retrouve ente deux mondes : celui qu'elle quitte et celui qu'elle désire rejoindre. Cette situation n'est pas toujours facile à vivre et de plus, il n'est pas certain qu'elle soit toujours voulue par Hachem. Nous aborderons cet aspect de notre réflexion lors d'un prochain article.

À suivre...

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de Valérie bath Noémie.