Lire les Téhilim (Psaumes) 9:16

Piege a poissons

“Que les peuples s'enfoncent dans la fosse qu'ils ont creusées, que leur pied s'embarrasse dans le filet qu'ils ont dissimulé !” (Psaumes 9:16)

Dans le verset précédent, le Roi David notait sa volonté de proclamer des louanges à D-ieu et de se réjouir de Son secours. Dans ce verset, David nous offre une des louanges que nous pouvons formuler à l'encontre du Créateur : voir Ses ennemis se perdre en creusant leur propre tombe. Même si cette attitude doit s'entourer de certaines limites, il est évident que la chute des ennemis du Maître du monde – c'est-à-dire nos ennemis – doit être une source de joie.

Se réjouir... pour la bonne cause

Chaque individu a été créé par Hachem. Ainsi, nous ne devons jamais souhaiter le mal à une tierce personne, peu importe ce qu'elle nous a fait et ce que nous pensons qu'elle mérite. Il suffit de savoir que le monde est dirigé par D-ieu et que l'injustice n'existe, pour savoir que la Justice divine s'applique obligatoirement un jour ou l'autre à chaque individu.

Ainsi, lorsque nous devons faire face à des ennemis – qu'a D-ieu ne plaise – nos prières doivent comporter deux aspects : le premier est celui dans lequel nous demandons l'intervention du Ciel pour nous sauver des difficultés ou des dangers qui nous guettent. Certes, nous devons tout faire pour nous sauver nous-mêmes, mais nous devons également être conscients qu'en fin de compte, c'est du Ciel que vient notre salut. Quelle vantardise de croire que nous pouvons dépendre de notre propre force ! Ce premier aspect de nos prières concerne notre propre personne.

Le deuxième aspect est celui où nous dirigeons notre attention sur celui ou ceux qui s'opposent à nous. Bien sûr, cette opposition n'a pas à être dramatique chaque fois. Un employé de banque qui répond d'une façon positive à une de nos demandes – alors que nous ne possédons pas tous les documents nécessaires pour la faire – aurait pu se transformer en un de nos ennemis. Notre patron qui songeait nous licencier et qui finalement décide de nous garder au sein de son entreprise serait également devenu un de nos ennemis s'il avait mis en pratique sa première pensée.

Dans tous les cas, nous devons prier pour le bien-être des personnes qui s'opposent à nous. Cette prière est encore plus importante si en s'opposant à nous, elles transgressent la Volonté divine. Un voleur, un criminel, un terroriste... ne s'opposent pas seulement à notre propre personne : c'est en flagrante opposition de la volonté du Ciel que ces personnes malfaisantes opèrent.

Pourtant, même lorsque l'opposition prend des formes plus vives, nous devons demander à Hachem qu'Il ouvre les yeux des méchants et que ceux-ci cessent leurs mauvaises actions. Souhaiter le salut de tous est la véritable marque d'amour que nous affichons à l'encontre des créatures de D-ieu. Vouloir que chaque personne soit jugée – après sa mort – d'une façon favorable représente de notre part une absence d'égoïsme qui révèle une certaine hauteur de l'âme.

Cependant, lorsque la Justice divine a frappé et que nos ennemis ont perdu leur combat funeste, nous devons rendre gloire à D-ieu et crier notre joie d'être débarrassés d'un ennemi. En le faisant, nous devons prendre exemple sur le Roi David qui n'oublie pas de préciser que ce sont ces personnes elles-mêmes qui ont creusé la fosse dans laquelle elles sont tombées. La Justice divine ne peut pas se tromper et si un individu doit souffrir l'aspect strict du jugement céleste, c'est qu'il le mérite.

En étant les témoins de cette décision du Ciel et en chantant la gloire d'Hachem, nous déclarons notre émouna (foi) totale en cette justice. De la sorte, nous prenons un aspect de notre vie qui aurait pu être entièrement négatif – l'existence d'un ennemi – pour le changer en une chose de positive : des chants en l'honneur du Créateur.

À suivre...

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de Samuel ben Yollande.