Croire en soi (2)


(Ceci est la deuxième partie d'une leçon donnée par le Rav Éliyahou Godlevsky, chelita. Pour lire la première partie, cliquez ici. Cet article est le quatrième d'une série de divré Tora à propos du voyage sur la tombe de Rabbi Na'hman à Ouman pour Roch Hachana. Pour lire tous les articles, cliquez ici.)

Rabbi Na'hman de Breslev a dit : « Si vous désirez savoir ce qui se passe dans le monde, réfléchissez à propos de ce qui se passe en vous.» Je vous pose la question suivante : quel est le motif principal qui pousse les personnes à abandonner à un moment ou à un autre durant leur vie ?

Avant tout, nous devons savoir qu'abandonner ne signifie pas qu'une personne marche dans la rue avec la tête basse. De fait, cette personne peut même être joyeuse et posséder tous les aspects d'un individu qui vit dans le bonheur, qui possède tout l'argent qu'il désire, que le monde entier respecte... Cependant, il a abandonné l'idée de devenir un bon juif. Il a essayé maintes fois et cela n'a pas fonctionné ; d'une façon logique, il a donc décidé que ce concept n'est pas fait pour lui.

Ainsi, la raison de l'abandon est la déception. Il était motivé afin de devenir un Tsadiq parfait ; il a constaté de lui-même qu'il n'y a pas réussi et il a vécu cela comme un échec. La conséquence est qu'il a abandonné cette idée. Pourtant, il se pourrait qu'il n'ait pas lu les instructions dans le bon ordre. La question à se poser est la suivante : pouvons-nous nous séparer de nos vêtements sales en un seul jour ? Nos mauvaises habitudes – qui nous accompagnent depuis plusieurs années – peuvent-elles se transformer en un seul instant ?

Les excès de vitesse spirituels

Si une personne a l'habitude de fumer deux paquets de cigarettes par jour et qu'elle décide se changer son habitude. Peut-elle pour autant penser cesser de fumer en un seul jour ? Même si cela se produisait, nous considèrerions cet événement tellement exceptionnel qu'il n'aurait rien à nous apprendre pour notre propre personne. Cela serait une attitude tout à fait normale de notre part.

Bien sûr, il existe de nombreuses histoires à propos de personnages qui étaient de terribles individus et qui sont devenus par la suite de véritables Tsadiqim. Cependant, vous et moi ne sommes pas dans cette catégorie ! L'existence de ces personnes hors du commun n'aide pas les individus normaux qui composent une population.

Pour notre malheur, c'est exactement cela qui retient les personnes de se débarrasser de leur sentiment de désespoir. Des orateurs racontent des histoires fabuleuses à propos d'individus qui sont parvenus à jeter par dessus bord leurs mauvaises habitudes et qui sont devenus en peu de temps des êtres exceptionnellement pieux. Malgré tout, aucune leçon ne peut être apprise et appliquée à un individu moyen. Il n'existe pas de parallèle entre ces histoires merveilleuses et notre situation. Plutôt, tout ce qu'elle nous apporte, c'est un sentiment de désespoir et un semblant de confirmation en notre fausse croyance de l'existence de « vainqueurs » et de « perdants..» En d'autres, termes, ces histoires dressent un tableau peu fidèle à la réalité, à notre réalité.

D'autre part, Rabbi Na'hman a révélé le secret du succès : croire en soi-même. Nous possédons toutes les raisons de croire en nous, même si nous sommes remplis de désirs pour le matériel et que notre vie est une suite d'échecs.

Ne mettons-nous pas les téfilines chaque matin ? Si cela est le cas, nous devons savoir que la mitswa des tefilines est très précieuse aux yeux d'Hachem ! Passons-nous un minimum de temps à étudier la Tora ou à écouter es cours de Tora ? Nous devons croire en nous-mêmes que le minimum d''Avodath Hachem que nous faisons – ainsi que notre étude de la Tora – sont très précieux aux yeux de D-ieu. Même si nous ne faisons pas tout cela avec les meilleures pensées et la plus pure motivation – et même si nous pensons à autre chose pendant que nous le faisons – nous devons être convaincus de son importance aux yeux d'Hachem.

Ceci est la raison pour laquelle nous nous réunissons ici, à Ouman. C'est exactement ce que nous sommes censés recevoir du Rabbi ; nous devons mettre cela dans nos valises et le ramener chez nous. Peu importe si votre nom est Pierre, André, David ou Lévi : chacun d'entre vous – même s'il ne fait qu'un minimum d''Avodath Hachem – est très précieux aux yeux de D-ieu. Ceci est la leçon que vous devez retenir et ramener chez vous : commencer à croire réellement en vous-mêmes.

Lorsque nous croyons en nous-mêmes, nous recevons l'ambition de faire plus.

Jusqu'à ce jour, nous avons réalisé les mitswoth seulement parce que nous en avions l'habitude. Cependant, l'idée d'être de véritables serviteurs d'Hachem et des Tsadiqim parfaits nous apparaissait hors de portée et bien au-delà de note horizon. Ceci est précisément la raison pour laquelle nous ne sommes pas encore allés très loin dans notre judaïsme, un peu comme si nous n'avions pas le choix et sans aucun enthousiasme. Nous pensions à propos de nous-mêmes que dans tous les cas, nous ne parviendrons jamais à être un Tsadiq ; par conséquent...

Cependant, si nous lisons avec attention et croyons en les paroles du Rabbi et en celles de Rabbi Nathan – qui nous ont ordonné de croire en nous-mêmes et que le plus petit 'Avodath Hachem est cher aux yeux d'Hachem – nous commencerons bientôt à sentir une excitation et un désir de continuer à grimper toujours plus haut en spiritualité et de poursuivre nos efforts pour continuellement de mieux en mieux.

Prenons comme exemple le concept de surveiller nos yeux en faisant attention à ce que nous regardons. La Tora nous ordonne (Nombres 15:39) : « Ne vous égarez pas à la suite de votre coeur et de vos yeux.» Certaines personnes pensent que cela signifie : «J'ai décidé ! Je ne poserai plus jamais de ma vie mes yeux sur quelque chose d'indécent ou d'inconvenant.» Cependant, que se passe-t-il le jour où il commet un écart et il ne réussit à se surveiller comme il le faudrait et comme il l'avait décidé ? Si le peu qu'il peut faire ne possède aucune valeur à ses yeux, il risque d'abandonner la totalité de ses efforts pour bien faire, qu'à D-ieu ne plaise. Dans ce cas, on n'ose même pas imaginer jusqu'où cela peut le conduire...

Rav Éliyahou Godlevsky, chelita


Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de Sara bat Ra'hel.