Avons-nous peur de D-ieu ?


Un élément essentiel de notre relation avec D-ieu est l'amplitude de la crainte que nous avons du Créateur. Par crainte, je veux dire le sentiment réel de peur qui nous empare lorsque nous pensons à D-ieu. Le nombre de niveaux est infini et le plus nous Le craignons, le plus proche de la vérité nous sommes.

Afin de résumer à sa plus simple expression cette échelle infinie de degrés, il est possible de distinguer deux catégories principales de peur du Ciel : la peur de la punition et la peur de D-ieu Lui-même.

Une peur extérieure

La peur de la punition est souvent notre motivation principale lorsque nous désirons transgresser un commandement et qu'en fin de compte… nous nous retenons. À l'image du conducteur de voiture qui désire ne pas s'arrêter à un signal “Stop”, mais qui immobilise tout de même son véhicule par peur du gendarme.

Cette peur de la punition est également la raison pour laquelle nous pouvons vivre dans nos sociétés. Même si la vie y est de plus en plus difficile, violente et dangereuse, cela serait pire s'il n'y avait pas de police et de prison.

Lorsque nous avons peur de finir en Enfer si nous ne respectons pas la Volonté divine, cela entre dans la même catégorie. Nous suivons le désir de D-ieu par peur d'être punis plutôt que par amour véritable du Créateur.

C'est pour cela que cette peur n'est pas d'un niveau très élevé : il s'agit d'une peur extérieure à D-ieu. Plus que D-ieu Lui-même, nous avons peur de recevoir une punition. Même s'il n'est pas toujours facile de ressentir cette peur, il est tout de même bon de savoir qu'il existe une autre peur, dont le niveau est bien plus élevé.

Une peur remplie d'amour

Si nous réfléchissons à la Grandeur de D-ieu, à Sa générosité et à Son infinie bonté, nous commencerons à craindre une chose : Le peiner par nos actions. Cela ressemble à un enfant qui s'assure de faire avec précision ce que sa mère lui a demandé par peur… de la peiner. Dans ce cas, le concept de punition n'entre pas en considération. L'enfant sait qu'il ne sera pas puni s'il ne parvient pas à tout faire ; simplement, il aura fait de la peine à sa mère, ce qu'il ne veut pas.

Lorsque nous pensons à des bêtises, nous faisons de la peine à Hachem. Le Maître du monde nous a créés pour une seule raison : suivre Sa volonté. Lorsque nous pensons plutôt suivre la nôtre, cela Le rend chagrin. Si nous évitons de suivre notre propre chemin afin de ne pas être la cause de Sa peine, nous Le craignons par amour. Cette peur du Ciel est extrêmement élevée et heureuse est la personne qui la ressent.

Aimer D-ieu, c'est tout faire pour ne pas Le peiner. Peu importe la peine encourue, notre motivation pour suivre Sa volonté devrait toujours être notre désir de Lui apporter satisfaction. Si vous ne ressentez pas souvent ce type de peur, ne vous inquiétez surtout pas : vous n'êtes pas le seul ! Il faut tout simplement nous tourner vers D-ieu et Lui demander de nous ouvrir les yeux.

“C'est rempli d'amour pour Toi que je veux être ! Cela est si difficile d'atteindre ce niveau ! Je t'en prie : aide-moi !”

Ce Dvar Tora est dédié à la guérison de David ben Sandrine.