Lire les Téhilim (Psaumes) - 1:4


(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Tels ne sont pas les méchants, mais plutôt comme le chaume que pourchasse le vent.” (Psaumes 1:4)

Les trois premiers versets de ce chapitre ont décrit les récompenses célestes que reçoivent les personnes qui vouent leur vie à l'étude de la Tora et au respect de ses commandements. Ce verset nous enseigne qu'il en va autrement avec les personnes méchantes.

Nous avons expliqué précédemment qu'il existe une différence importante entre les pécheurs et les méchants. Les premiers rejettent leur lien avec D-ieu, mais ne s'opposent au fait que d'autres personnes privilégient ce lien. D'autre part, les méchants ne se contentent pas de se placer en dehors du domaine spirituel, ils désirent également emporter dans leur chute le plus grand nombre de personnes

C'est pour cette raison que ce verset ne fait référence qu'aux méchants : leur situation est encore plus périlleuse que celle des pécheurs. Ce sont eux – et pas les méchants – qui sont comparés à du chaume. Afin de comprendre la signification de cette comparaison, nous devons expliquer les deux aspects essentiels de ce matériau.

Un produit mort

Pour être utilisé, le chaume doit être entièrement sec. La présence d'humidité – qui peut être acceptée dans le cas de la paille – est proscrite pour le chaume. Cet état de sècheresse absolue est le symbole d'une absence totale de vie. Le chaume est un produit mort, sans aucune trace de vie.

Cela ressemble aux personnes méchantes. Même si leur corps fonctionne, leur véritable état est celui de la mort : la mort spirituelle dans laquelle elles se sont placées. La seule raison pour laquelle Hachem ne les fait pas mourir – au sens littéral du terme – c'est qu'Il espère en leur téchouva (repentir). C'est uniquement cet espoir qui justifie leur présence sur terre.

Le deuxième aspect essentiel du chaume est sa valeur minime. Les méchants sont comme le chaume : leur valeur est insignifiante. Même si dans certains cas ils peuvent sembler importants, heureux et satisfaits de leur vie, tout cela n’est que provisoire, de la poudre aux yeux ou mensonger.

De plus, les méchants sont comparés au chaume pour nous faire comprendre que leur chance leur a été donnée et que plutôt que d’être des méchants, ils auraient pu choisir un autre chemin. De fait, avant d’être du chaume, celui-ci est du blé, avant de devenir de la paille.

Le blé représente un niveau élevé : il nourrit l’homme et il constitue un aliment de base de notre alimentation. Il ressemble à l’homme qui essaie de faire le bien et de suivre le chemin de la Tora. Le blé devient ensuite de la paille, aliment destiné aux animaux. Cela ressemble à la personne qui chute de son niveau précédent et qui choisit – pour elle-même – un mauvais chemin.

Enfin, la paille devient du chaume, dont les animaux ne veulent même pas. Cela est le symbole de l’homme méchant qui est tombé du niveau qui était le sien auparavant et qui désire maintenant entraîner avec lui les personnes de son entourage. C’est pour cela qu’il est dit qu’une personne méchante se situe à un niveau plus bas que celui des animaux.

La vie des méchant n'en est pas une et le vent finit par les emporter. Cela fait référence à l'aspect provisoire et éphémère de leur existence. Tandis qu'une personne kachère aura accès à la vie éternelle, les méchants perdent tous lorsqu'ils disparaissent de ce monde. Leur vie est dévouée à ce monde, elle finit donc avec lui.

En résumé : 1) Les méchants sont à un niveau inférieur à celui des pécheurs et ils ne possèdent aucune valeur. 2) Les méchants ne vivent pas réellement, même si leur corps semble fonctionner d’une façon normale. 3) Une personne méchante est inférieure à un animal. 4) La vie des méchants finit avec leur disparition de ce monde et l'accès au monde futur leur est fermé.