Rassemblez-vous et écoutez, enfants de Ya'aqov (1)


(Ceci est la première partie d'une leçon donnée par le Rav Shalom Arush, chelita. Cet article est le deuxième d'une série de divré Tora à propos du voyage sur la tombe de Rabbi Na'hman à Ouman pour Roch Hachana. Pour lire tous les articles, cliquez ici.)

Nous avons beaucoup de chance de posséder un Rabbi tel que Rabbi Na'hman. De fait, c'est lui qui nous a fournit une compréhension aussi merveilleuse du monde et des conseils tellement doux et extraordinaires

Nous avons un Rabbi qui a fait des promesses fantastiques. Plus particulièrement, je pense à celle selon laquelle chaque personne qui irait à lui le jour de Roch Hachana recevrait des fabuleux Tiqounim (rectifications spirituelles) qu'il aurait été impossible de réaliser à son profit les autres jours de l'année.

Plus le nombre de personnes qui participent au Qiboutz (le rassemblement de Roch Hachana) est important, plus le Rabbi peut accomplir un grand nombre de Tiqounim ; ceci est vrai non seulement pour chaque individu, mais aussi pour tout Klal Israël (le peuple d'Israël). Chacun peut apprécier à sa juste valeur la joie que le Rabbi peut ressentir en voyant chaque personne supplémentaire qui se joint au Qiboutz à Ouman. De la sorte, le Tiqoun de chaque personne est plus important et plus parfait lorsque nous sommes plus nombreux à venir et à nous rassembler à Ouman pour Roch Hachana.

Le plus nous sommes...

Chaque personne qui s'est déjà rendue à Ouman pour Roch Hachana le sait bien : qu'il s'agisse de sa propre expérience ou de ce qu'il a vu dans cette ville, il existe deux extrêmes à ce qu'il est possible de vivre au Qiboutz. D'une part, il est possible de mériter une grande illumination et inspiration spirituelles pendant son séjour à Roch Hachana. Cette expérience permet certainement de se sentir attaché et effacé devant Hachem ; de la sorte, il devient possible d'atteindre une téchouva (un repentir) complète et de sentir une excitation importante face au sentiment évident et visible par tous d'Ahavath Israël (amour pour le peuple d'Israël) au sein du Qiboutz.

D'autre part, il est possible de voir Ouman comme une source de confusion, de doutes, de stress, d'angoisse, d'embêtement, d'éloignement, de luttes de tous les instants... qu'à D-ieu ne plaise.

Les deux choses les plus importantes qui créent la différence entre ses deux extrêmes et la façon dont nous vivons notre séjour à Ouman à Roch Hachana sont l'approche et les objectifs que nous avons en arrivant à Ouman.

Nous devons venir en étant dotés d'un désir et d'une envie évidents de remplir le commandement du Rabbi de nous rassembler avec unité et amour. Si nous nous concentrons sur cet aspect et que tous nos désirs ne concernent que cela – c'est-à-dire que nous désirons simplement faire ce que le Rabbi nous a demandé et rien d'autre – absolument rien ne pourra nous plonger dans la confusion et nous ne connaîtrons aucun sentiment négatif lié à notre séjour. De fait, c'est même l'exact opposé qui se produira : nous rentrerons chez nous chargés d'une énergie forte et avec une volonté de nous renouveler entièrement pour l'année à venir.

De plus, notre désir de coller au plus près au chemin du Rabbi et de ses élèves en sera encore plus fort ! Ceci est la véritable façon breslev de se rendre à Ouman à Roch Rochana.

Cependant, on peut également se rendre à Ouman avec un autre objectif que de simplement remplir la volonté du Rabbi. Il est possible de venir à Ouman d'une façon égoïste, c'est-à-dire uniquement pour nous et pour notre propre intérêt. Dans ce cas, nous désirons seulement recevoir de l'aide pour régler tous nos problèmes et nous gardons en mémoire uniquement les promesses du Rabbi qui sont censées nous sauver des pires dangers si nous voyageons jusqu'à Ouman. Dans ces conditions, nous passerons certainement un Roch Hachana en tant sous les couperets de dinim (jugements stricts de la Justice divine), qu'à D-ieu ne plaise.

Si nous allons à Ouman de la sorte, cela signifie que nous ne portons aucun intérêt au Qiboutz et que nous ne sommes pas venus pour le rassemblement, sous aucune forme.

La réalité est qu'une personne de cette catégorie aurait préféré rester chez elle, dans son confort habituel. Elle aurait souhaité de rien avoir à faire avec la foule, avec les gens qui vous poussent... En d'autres termes, elle n'aurait pas voulu être dérangée. C'est pour toutes ces raisons qu'un tel individu est perturbé par les conditions de logement à Ouman : la pauvre qualité des lits, les repas qui manquent d'organisation... Pour elle, les personnes présentes au Qiboutz sont également une source de dérangement : une personne qu'elle désirait éviter et qu'elle a finalement vue, une autre qui criait trop fort dans ses oreilles aux côtés de la tombe de Rabbi Na'hman, un groupe d'individus qui dansaient et chantaient... Tout devient une raison d'être dérangé.

Rabbi Shalom Arush, chelita.