Rassemblez-vous et écoutez, enfants de Ya'aqov (2)


(Ceci est la deuxième partie d'une leçon donnée par le Rav Shalom Arush, chelita. Pour lire la première partie, cliquez ici. Cet article est le deuxième d'une série de divré Tora à propos du voyage sur la tombe de Rabbi Na'hman à Ouman pour Roch Hachana. Pour lire tous les articles, cliquez ici.)

Je me souviens que lorsque je me suis rapproché de Breslev, se rendre à Ouman était encore impossible. De fait, il n'y avait pas de Qiboutz à Ouman et nous nous rassemblions donc à Jérusalem. Je me souviens que je priais et suppliais alors Hachem pour qu'Il me trouve une place, même si je devais rester debout, parmi les 'hassidim breslev présents au Qiboutz de Jérusalem.

Je n'étais nullement dérangé par l'idée que des personnes me bousculeraient ou par l'éventuelle difficulté de me concentrer sur mes prières... Ce type d'idées ne m'intéressait tout simplement pas. Plutôt, une seule chose m'intéressait : que je puisse me joindre au Qiboutz ! Ceci correspond à ce que Rabbi Na'hman a dit : « Peu importe si vous pouvez prier ou pas, manger ou pas... [l'essentiel est de venir me voir à Roch Hachana.]»

C'est cette approche que nous devons tous avoir : nous concentrer sur une seule chose, c'est-à-dire sur notre volonté de suivre la volonté du Rabbi et de pouvoir nous rassembler pour Roch Hachana. Nous devons vouloir nous rassembler en partageant un sentiment mutuel d'amour pour tous les 'hassidim breslev et désirer que de plus en plus de personnes s rendent à Ouman à Roch Hachana. Peu importe si nous sommes serrés comme des anchois ; au contraire ! L'important est de permettre à un nouveau venu de s’asseoir à nos côtés, même si cela signifie se serrer encore plus afin de trouver de la place pour tout le monde au Kloyz [la synagogue principale à Ouman] ou sur la tombe de Rabbi Na'hman.

C'est cette attitude qui permet à une personne de recevoir la lumière du Rabbi. De plus, une telle personne peut être assurée de bénéficier de l'aide d'Hachem pour qu'en fin de compte, ses prières se dérouleront d'une façon convenable, qu'elle trouvera la nourriture qu'elle désire, un endroit pour dormir. En d'autres termes, son séjour au Qiboutz de Ouman restera gravée dans sa mémoire comme un événement grandiose et elle en recevra les forces dont elle a beson pour le reste de l'année.

L'unité et l'amour sont les choses les plus importantes à ce rassemblement et d'une façon plus générale, dans la vie de chaque 'hassid breslev. C'est seulement avec cela que nous pouvons mériter recevoir la lumière de notre saint Rabbi : en aimant chaque 'hassid breslev, en nous sentant liés à chacun d'entre eux, avec tous les différents groupes de personnes que nous voyons ici. Rabbi Na'hman n'a-t-il pas dit : « Lorsque vous serez ensemble dans un sentiment d'unité, vous m'attirerez alors à vous !»

Ces paroles, le Rabbi les a prononcées durant les derniers instants de sa vie, peu de temps avant de quitter ce monde. Il ouvrit ses yeux et prononça ces quelques mots ! À son époque, il n'existait pas de groupes différents de 'hassidim breslev. Il n'y avait que les 'hassidim du Rabbi lui-même ! Cependant, Rabbi Na'hman prévoyait ce qui allait se passer : il savait que ses élèves enseigneraient à leurs propres élèves et qu'en peu de temps, il existerait de nombreux groupes de 'hassidim breslev. C'est pour cela qu'il nous mit en garde : pour que nous restions ensemble !

La multiplicité de groupes au sein de Breslev permet d'atteindre l'objectif du Qirouv Re'hoqim (rapprocher ceux qui sont éloignés.) Il est tout simplement impossible que toutes les personnes qui se rapprochent de Breslev puissent étudier dans la même Yéchiva et cela pour plusieurs raisons : spirituelles et matérielles. Qirouv Re'hoqim est un des objectifs principaux du Rabbi et de toute l’œuvre de sa vie. C'est pour le Qirouv Re'hoqim qu'il a donné sa propre vie et celle de ses enfants.

Rabbi Na'hman fait allusion à cela dans les Sipouré Ma'assiyoth (les Contes de Rabbi Na'hman). Au début de l'histoire de L'infirme, il est écrit : « Il y a une histoire à propos d'un Sage qui appela ses enfants et sa famille, peu de temps avant sa mort, pour leur ordonner d'arroser des arbres. Même s'il leur donne l'autorisation de participer à d'autres occupations pour gagner leur vie, ils devaient consacrer le maximum d'effort à cela : arroser les arbres !» Ceci est une allusion au fait qu'il existe sans doute de nombreuses approches dans l''Avodath Hachem (le Service Divin), mais que l'essentiel consiste à rendre plus importante la prise de conscience au sein du peuple juif d'arroser les âmes juives et de les rapprocher à servir Hachem.

Dans le Liqouté Moharan (II, 7), Rabbi Na'hman a écrit :

« Chaque personne doit se sentir concernée par l'obligation de peupler le monde, c'est-à-dire agir de façon a ce que la planète soit peuplée d'êtres humains. Ceci correspond à ce qui est écrit (Genèse 1: 28) : " Remplissez la terre." Voici la façon principale de peuple le monde : que la planète soit remplie d'individus qui sont conscient de l'existence de D-ieu. En l'absence de cette prise de conscience, un individu n'est pas réellement une personne selon le sens plein de ce mot.»

« Le principal est de favoriser l'émergence d'une génération d'êtres humains, plutôt que d'animaux sous forme humaine. Par conséquent, aussi longtemps que des personnes ne sont pas conscientes de l'existence de D-ieu, qu'elles ne Le connaissent pas et qu'elles ne sentent pas Sa présence auprès d'elles, ainsi que Sa domination, elles ne peuvent pas être considérées comme des personnes à part entière : elles ne connaissent pas Hachem ! »

Rabbi Shalom Arush, chelita.