Paracha Toldoth - Rabbi Nathan de Breslev


Yits'haq préférait 'Essav parce qu'il mettait du gibier dans sa bouche.” (Béréchith 25:28)

Il n'est pas bon de considérer le monde dans lequel nous vivons – ainsi que nous-mêmes – uniquement selon l'aspect de justice stricte. Nos Sages nous ont mis en garde contre une telle vision.

Une chute à éviter

C'est parce que de nombreuses personnes ont commis cette erreur qu'elles sont tombées de leur niveau spirituel. Si ces personnes se retrouvent aujourd'hui loin d'Hachem, c'est qu'elles ont abusé de l'aspect de la justice stricte. Elles ont été trop strictes dans l'évaluation de leur propre personne. Souvent, elles avaient cette pensée au fond de leur cœur : “La multitude de mes péchés et de mes fautes m'a ôté tout espoir de me rapprocher d'Hachem et de me faire pardonner.” Que D-ieu nous préserve d'une telle pensée.

La vérité est que même si ces personnes ont fait de terribles choses et commis des actes abominables, elles peuvent être assurées de la compassion d'Hachem à leurs égards. L'espoir existe – depuis toujours et pour toujours – et il est à notre portée de main : chaque jour et chaque heure. Peu importe ce que nous avons fait, si nous désirons nous améliorer, l'espoir peut devenir une motivation extraordinaire pour nous faire atteindre des sommets spirituels. Cette pensée ne doit jamais nous quitter : l'amour que porte Hachem à Ses créatures est immense et sans limites.

Ceci correspond à ce qu'a dit le Roi Chlomo (Écclésiaste 7:16-17): “Ne soyez pas trop pieux à vos yeux, ni trop méchant.” Nos Sages ont expliqué ainsi ce verset : “Si vous êtes quelque peu méchant, ne vous considérez pas plus méchant que ce que vous êtes. D'autre part, si vous êtes réellement une personne méchante – que D-ieu nous préserve – il ne faut pas poursuivre dans le chemin de la méchanceté.”

De plus, il est toujours possible de diminuer le mal que nous faisons, même d'un tout petit peu. Cette diminution a une grande valeur aux yeux du Créateur. Également, grâce à cette nouvelle direction que nous prenons, nous pourrons – en fin de compte – revenir vers Hachem. C'est pour cette raison que le désespoir n'est pas de ce monde !

L'attribut de compassion de D-ieu à notre égard est toujours plus important que celui de la punition. Le Maître du monde sait tout et connaît tout de nous. Ainsi, le moindre bien que nous avons fait – même s'il est perdu parmi une grande mesure de mal – ne passera pas inaperçu aux yeux d'Hachem. De fait, même si nous n'avons jamais fait de bien, mais que nous avons seulement pensé à le faire, ce ne serait-ce qu'une seule fois, Hachem désire toujours qu'on se rapproche de Lui.

(Traduit et adapté du Liqouté Halakhoth de Rabbi Nathan de Breslev, Hilkhoth Matana, 5:37-38)