Partir vivre en Israël ?


Depuis quelques années, le nombre de juifs qui quittent la France pour venir s’installer en Eretz Israël est en hausse. La situation économique difficile et l’antisémitisme sont le plus souvent les raisons déterminantes qui expliquent leur départ. Ainsi, nombreuses sont les personnes qui s’interrogent : “Moi aussi devrais-je partir ?”

Partir ou ne pas partir ?

Cela semble facile, mais nous avons tendance à l’oublier. La première question à se poser avant d’entreprendre un tel départ est la suivante : “Cela m’aidera-t-il à me rapprocher de D-ieu ?” C’est avec une telle pensée que chaque personne juive doit peser les nombreuses décisions qu’elle doit prendre au cours de sa vie et pas seulement celle de son éventuel départ en Terre sainte.

Vivre en Israël est difficile. Si la situation économique en France n’est pas au beau fixe, que dire de celle en Israël ? De plus, les avantages sociaux auxquels on est habitué en habitant en France sont bien plus importants que ceux offerts ici. Cela semble peut être mesquin de penser à tout cela, mais lorsqu’une famille se retrouve dans un deux pièces à Jérusalem – ou ailleurs – et qu’elle ne dispose plus des moyens financiers pour payer le loyer, le stress est réel.

Il n’y a pas que la vie économique qui soit difficile. La vie spirituelle possède également ses surprises. L’image du peuple juif – un et uni – en est sans doute une belle, mais elle ne correspond pas à ce que la plupart des personnes vivent et ressentent.

Les différences entre personnes religieuses et celles qui ne le sont pas, les rapports quelques fois tendus entre juifs séfarades et achkénazes, la difficulté de trouver une communauté dans laquelle on se sent bien… sont autant de facteurs qui peuvent déstabiliser les personnes.

C’est pour cela – et beaucoup d’autres raisons – que je ne conseille jamais de venir vivre en Israël comme “principe général.” Je suis même surpris d’entendre cette idée défendue d’une façon systématique par certains. Savent-ils qu’entre un tiers et la moitié des familles françaises qui sont venues vivre en Israël repartent en France dans les cinq années qui suivent leur arrivée en Israël ? Pensent-ils au coût des dommages financiers, affectifs et spirituels qu’une telle expérience peut avoir sur une famille entière ?

Plutôt, je conseille aux éventuels candidats de venir quelques jours en Terre sainte et de rencontrer le plus grand nombre de personnes. Poser des questions et voir concrètement ce qui se passe ici est un facteur essentiel à un déplacement réussi. Grâce à D-ieu, le nombre est grand de personnes qui peuvent être de bons conseils dans ce domaine. S’en passer est réellement regrettable.

Pour conclure, je tiens à préciser que je suis le premier à être heureux lorsque je vois une famille venir vivre en Israël et grandir dans le chemin de la Tora. En même temps, je suis extrêmement attristé lorsqu’une tentative se termine par un échec. C’est pour cela que je vous recommande de bien réfléchir.