Ce soir, Sara se marie


Le grand soir est finalement arrivé : après la tombée de la nuit, Sara se marie. Il n'y a pas si longtemps, je me souviens encore de la joie que je ressentis en recevant pour la première fois en mes mains ma fille : elle était âgée seulement de quelques heures. Un court instant est passé... et je t'accompagnerai ce soir – si D-ieu veut – sous la 'houpa.

Un pas à la fois

Sara, nous revenons de loin. Les quelques générations qui t'ont précédées avaient oublié la Tora et leurs Racines saintes. Nous ne devons surtout pas pointer un doigt accusateur à leur égard : qui sait ce que nous aurions fait si nous avions vécu ce qui fut leur quotidien pendant autant d'années ! En quelque sorte, nous sommes tous dans le même groupe : celui des survivants de l'enfer. Certains l'ont connu dans les camps, l'autre le vivent encore chaque jour, sans s'en rendre compte. Merci mon D-ieu de nous avoir sauvé de cet enfer.

Avant que tu ne partes sur ton propre chemin, je tiens à m'excuser de te laisser un héritage aussi pauvre. Au jour de ta naissance, je ne le connaissais presque pas ; dix-sept années plus tard, ma situation n'a guère changée. Entre-temps, tu as vu le jour et à compter de ce soir, tu dois trouver la voie qui te conviendra le mieux pour te rapprocher d'Hachem. Mon vœu le plus cher est que ton passage entre mes mains puisse t'aider à continuer dans la bonne direction.

Le Maître du monde t'a fait rencontré un jeune homme en or. Je suis certain que son cœur est celui d'un servant de D-ieu : son sourire le révèle immédiatement ! Avec lui, tu dois maintenant poursuivre la construction du Troisième Temple. Sans doute, tu commences en ayant à ta disposition de meilleurs outils de ceux que je possédais lorsque j'eus la même tâche à accomplir.

De la première heure de femme mariée – jusqu'à la dernière que t'accordera en ce monde le Créateur, lorsque tu auras atteint l'âge de 120 ans – souviens-toi d'une chose : ton âme est sainte et c'est dans la Sainteté que nous devons vivre. Méfie-toi des forces du mal qui ne relâcherons jamais leurs efforts pour te faire croire en leur vérité, qui est un mensonge total. Pour te rapprocher chaque jour un peu plus de cette Sainteté, ton futur mari sera ton aide la plus précieuse. Qu'Hachem lui donne la force, l'intelligence et le désir de remplir le rôle duquel je me suis trouvé tellement éloigné tout au long de ma vie.

En ce monde, celui qui pose les armes le paie lourdement. Chaque jour, chaque heure et chaque minute, nous devons nous battre : contre les nations du monde et surtout, contre nous-même et notre envie « naturelle » d'aller voir ce qui se passe de l'autre côté de la barrière. Grâce à D-ieu, je l'ai franchie dans le bon sens : celui du rapprochement avec le Divin ; je te supplie de consacrer toutes les énergies de ta jeunesse et de ta vie entière à continuer à t'en éloigner, le plus que tu pourras.

Si Hachem me prête vie, je serais heureux de voir bientôt tes enfants. Mon bonheur sera encore plus grand lorsque je te verrai leur donner et leur inculquer ce que je n'ai jamais pu te donner ni t'enseigner. Je te demande de me pardonner ; j'ai tant de fois échoué dans mes entreprises. Puisses-tu utiliser le minimum que je te lègue pour l'amplifier d'une façon fabuleuse et avancer à grandes enjambées vers la Lumière divine.

Ma fille, que ta future maison soit remplie du son de tes prières et des paroles saintes de ton futur époux. Qu'entre ses murs, aucune voix ne s'élève sur une autre et que le Chalom soit l'élément unificateur de votre prochaine vie de famille. Encore plus important : que l'émouna (la foi) empreigne si fortement chaque recoin de votre demeure, qu'elle devienne un réservoir sans fin dans lequel vous pourrez puiser en cas de besoin. Je te souhaite de nombreuses années de bonheur.

Papa.