Bienvenue à Daniel Rogov !

Bienvenue à Daniel Rogov

« Le vin réjouit le cœur » (Psaumes 104:15). Si le Roi David ne l'avait pas écrit, je n'oserais pas le dire. Cela me permet de partager avec vous une de mes faiblesses (et selon ma femme, il en existe de nombreuses autres) : à la vue d'une bouteille de vin de qualité, mon cœur se réjouit véritablement et mes doigts sentent soudainement une envie irrésistible de saisir du premier tire-bouchon disponible afin de pouvoir goûter ce liquide merveilleux que les raisins savent nous donner.

Tirer vers le haut ce qui nous tire vers le bas

Il y a encore quelques années, il m'était impossible de poser une bouteille d'eau sur ma table aux heures des repas. De fait, ce liquide insipide – idéal pour se laver – possédait le pouvoir de me couper l'appétit ! Le temps a passé et j'ai appris à mettre un certain ordre dans ma liste de priorités. Dans cette liste, un grand ménage reste à faire, mais une chose semble avoir été comprise : les plaisirs de la table (des bons plats et des bonnes boissons) doivent être maîtrisés, plutôt qu'ils nous maîtrisent.

Ceci est une des beautés de l'étude de la Tora : nous transformer, pour le mieux. Les changements ne sont pas toujours rapides et ne se situent pas forcément dans les domaines que nous souhaitons en priorité, mais le fait est indéniable : le Maître du monde nous prend par la main et nous montre la direction à suivre pour se rapprocher de Lui. Quel plaisir de vivre ces instants d'intimité spirituelle !

N'étant pas un ange, je ne cherche pas vraiment à me débarrasser de toutes mes envies. Cela serait trop frustrant et me donnerait l'impression de devoir m'attaquer à un chantier d'une envergure bien trop importante pour ma personne. Plutôt, j'essaie d'apprendre à diriger dans la bonne direction ce qui aurait tendance à m'éloigner du chemin que je souhaite emprunter le plus souvent : celui de l'enseignement et des conseils de nos Sages.

Ainsi, même si je suis toujours heureux à la vue d'un bon vin, j'ai appris à patienter et à attendre un moment opportun pour le déguster. Ces moments nous ont été donnés par le Créateur : le Chabath, les jours de fête... À ces occasions, faire Qidouch sur un bon cru possède encore le pouvoir de réchauffer mon cœur d'une façon qu'aucun jus de raisins ne saurait le faire ! Le vendredi soir à la synagogue, la pensée d'une bonne bouteille pour le repas du soir fait bouger mes pieds sans que je m'en aperçoive et ces soirs-là, je ne suis pas le dernier à danser parmi les fidèles de communauté.

Ce que je ressens pour le vin, un autre peut le sentir pour un plat en particulier ou pour toute autre chose. Peu importe nos désirs et nos envies : nous devons faire de notre mieux pour les diriger vers Hachem et nous en servir pour mieux Le servir. Ceci correspond au concept connu selon lequel il faut servir D-ieu avec nos deux penchants : le bon et le mauvais. Si mon bon penchant me pousse à me lever de mon lit pour être à l'heure à la prière, tant mieux ! Cependant, si mon mauvais penchant me tente à faire des bêtises, j'ai l'obligation de faire ce qui est en mon pouvoir pour modifier ses mauvais projets et les changer en quelques chose de positif et de souhaité par le Créateur.

Je vis en Israël et les vins de qualité y abondent. Si la France possède le Guide Michelin pour les restaurants, Israël compte parmi ses habitants Daniel Rogov qui nous conseille afin de choisir les meilleurs de la Terre sainte. Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous annoncer de la naissance d'une nouvelle rubrique hebdomadaire sur le blog de La Pause-Café : « Les vins d'Israël.» Daniel Rogov a eu la gentillesse d'accepter mon invitation et c'est avec excitation que je lirai chaque semaine – avec vous – ses nombreux conseils. Entre ses mains, je sais que mes Qidouch m'aideront encore plus qu'auparavant à sentir la joie en mon cœur.

À compter de la semaine prochaine, les lecteurs de La Pause-Café pourront lire chaque lundi les recommandations de Daniel Rogov. De plus, chaque personne aura la possibilité de lui poser directement les questions qu'elle désire : Daniel parle également français et il sera ravi de vous aider dans vos choix! C'est avec son aide que vous pourrez poser sur votre table de Chabath ou de Yom Tov une bouteille d'un vin excellent. Réunir le Service divin et les plaisirs de la table : voici notre objectif.

Daniel Rogov

(Daniel Rogov)

Même si la majorité des vins dont il sera question sont produits en Israël, Daniel nous conseillera également à l'occasion à propos des vins d'autres pays (dont ceux de la France, évidemment). Tous ces vins possèdent un point commun : ils sont kachers et peuvent être bus en louant l'Éternel. Même si je déconseille de boire de l'alcool les jours de semaine, le jour de Chabath et les jours de fête sont là pour nous permettre de nous réjouir le cœur et ainsi que l'a dit le Roi David : le vin nous y aide énormément !