Lire les Téhilim (Psaumes) 7:16

il (le mechant) a creuse

“Il [le méchant] a creusé une fosse et l'a rendue profonde, mais il tombe dans le précipice qu'il a préparé.” (Psaumes 7:16)

Nous avons expliqué dans le verset précédent que le racha' n'est pas forcément une personne qui ne suit pas la Volonté divine ; plutôt, c'est une personne qui s'oppose – d'une façon dévoilée ou pas – à celles qui essaient d'emprunter le chemin du rapprochement avec le Divin, c'est-à-dire la voie de la Tora. Peu importe ce que fait ou dit le racha', il court à sa perte et s'enfonce un peu plus chaque jour dans le puits des forces de la mort.

Une fin certaine

En s'opposant de la sorte au Maître du monde – c'est-à-dire en cherchant à faire du mal à Ses serviteurs – le racha' ne peut connaître qu'une fin atroce. S'il a choisi le mauvais camp, c'est pour satisfaire ses désirs personnel (vanité, amour de l'argent, plaisirs sensuel, tentation du pouvoir...). Son absence totale de remords et de volonté de s'en sortir – ajouté au mal délibéré qu'il souhaite faire aux autres individus – ne lui laisse aucune chance : le Créateur le punira au meilleur moment.

Notre vision de ce monde est extrêmement limitée et il ne nous revient pas de juger nos semblables. Si untel nous semble correspondre à la définition du racha' et que son bonheur apparent nous laisse bouche bée, nous devons avoir une confiance absolue en le Maître du monde. La Justice divine est parfaite et tout vient à son heure. C'est toujours après avoir attendu le repentit d'un individu que la sanction céleste s'abat finalement. Avant cette heure, nous devons nous préserver et nous tenir éloignés des récha'im.

La situation est différente lorsque nous avons affaire à une personne distante d'Hachem, mais qui n'attaque pas pour autant Ses serviteurs. Le plus souvent, cette personne s'est mise à l'écart du Chemin divin pour des raisons pratiques. De fait, il n'est pas toujours facile de ne pas travailler le samedi ou de chercher des aliments kachers lors d'une faim soudaine ! Également, prier peut sembler une activité fastidieuse lorsqu'on n'en comprend pas la véritable signification.

Par rapport au Ciel, une telle personne ne creuse pas forcément sa fosse, malgré ses fréquentes transgressions et oppositions à la Volonté divine. Plutôt, elle se trouve en « position d'attente », c'est-à-dire dans l'obligation de saisir les perches spirituelles qui lui sont tendues à l'occasion. C'est une telle perche que nous pouvons lui offrir en discutant avec elle, lorsque l'environnement le permet et dans une ambiance détendue.

Le peuple juif est rempli de personnes qui sont éloignées d'Hachem. L'immense majorité d'entre elles ne sont pas à classer dans la catégorie des récha'im. C'est pour cette raison qu'il est souvent salutaire de dialoguer, de suggérer et de conseiller les âmes de toutes catégories. Chacune est précieuse et son parcours spirituel unique. Nous ne pouvons pas nous mettre à la place d'une tierce personne et nous devons faire attention à ne pas juger rapidement les comportements d'autrui.

Entourée des conseils d'un érudit en Tora, une personne qui entreprend un dialogue avec des âmes perdues fait preuve d'un grand sentiment d'amour à leur égard. Si elle peut les rapprocher de leurs Racines saintes, quel cadeau du Ciel ! Nous ne devons jamais oublier que nous possédons tous une responsabilité envers nos semblables : celle de les rapprocher d'Hachem, si nous le pouvons.

D'autre part, il est irresponsable de vouloir effectuer ce travail avec les récha'im. Si nous le faisons, c'est nous-mêmes que nous mettons en danger et ce n'est certainement pas ce que souhaite le Maître du monde. Vouloir aider son prochain ne doit pas se faire à nos dépends et d'une façon irréfléchie et naïve. Plutôt, c'est en pensant à notre propre survie que nous devons entreprendre chaque entreprise.

À suivre...