La sainteté de la souka - Rabbi Nathan de Breslev

Soukoth - Rabbi Nathan de Breslev

Il est impossible – pour une personne – de comprendre la véritable signification de la souka si elle ne sanctifie pas ses “sept lumières”. Ces sept lumières correspondent aux sept ouvertures que possède le visage humain: les yeux (2), les oreilles (2), la bouche (1) et le nez (2). La sanctification de ces ouvertures dépend de la pureté sexuelle de la personne.

C’est pour cela que selon la halakha, une souka dont la superficie est inférieure à sept téfarim sur sept téfarim n’est pas kachère (un tefach mesure entre 8 cm et 9.6 cm). Ces sept téfarim sont à mettre en relation avec les sept lumières que nous devons sanctifier. Lorsqu’une personne parvient à sanctifier ses sept lumières, elle a construit sa souka spirituelle.

Les murs de la souka représentent la séparation entre ce qui est saint et ce qui ne l’est pas. C’est dans la souka – nous ont appris nos Sages – que nous devons manger, boire et dormir et faire tout ce que nous faisons habituellement chez nous. Toutes ces activités doivent se dérouler précisément entre les murs de la souka.

Cela signifie que toutes les activités qui remplissent nos journées doivent être faites à l’intérieur des frontières de la sainteté ; en aucun cas, nous devons faire quelque chose à l’extérieur ce la souka, c'est-à-dire en dehors des frontières de la Sainteté. L’essentiel est que la souka ait une grandeur minimale de sept téfarim sur sept téfarim, comme nous l’avons indiqué précédemment.

C’est également pour cette raison que selon la halakha, nos Sages nous ont appris que la dimension minimale de sept téfarim doit servir à une personne à faire entrer dans la souka sa tête et sa table. La tête d’une personne représente son aspect le plus important et c’est d’elle que dépendent tous les désirs que nous ressentons.

Ainsi, le plus important est que notre tête – qui représente l’essence de l’être humain et dont nos désirs malsains dépendent – puisse pénétrer à l’intérieur de la souka, c'est-à-dire dans les frontières de la Sainteté. Cela signifie que nous devons purifier les “sept lumières” de notre visage et de notre cerveau. On peut atteindre cet objectif si l’on a atteint la Sainteté dans le domaine sexuel.

Voici le souhait le plus important pour lequel nous devons prier abondamment toute l’année, et plus particulièrement pendant la fête de Soukoth : que notre tête et nos pensées demeurent dans les frontières de la souka, c'est-à-dire de la Sainteté. Si nous faisons attention à rester purs dans le domaine sexuel, nous purifierons les “sept lumières” de notre visage et nous demeurerons toute l’année à l’intérieur de notre souka spirituelle.

Puisse Hachem nous aider à atteindre cet objectif. Amen !

(Traduit et adapté du Liqouté Halakhoth de Rabbi Nathan de Breslev, Ora’h ‘Haïm, Hilkhoth Souka, 1)