Des plaisirs à raffiner (2)

Des plaisirs a raffiner (2)

(Ceci est la deuxième partie d'un article publié récemment)

Le judaïsme offre un corpus extraordinairement riche de textes de différentes natures qui peuvent satisfaire les esprits les plus curieux. De fait, cette richesse est telle qu'elle nous met souvent face à des questions auxquelles nous n'avions même pas pensées ! Réfléchir à des concepts abstraits, essayer de répondre à des questions dont l'aspect pratique n'est pas évident, tenter de trouver les réponses relatives à un monde différent du nôtre... Toutes ces activités possèdent le potentiel de nous élever du matériel et de remplir notre vie de sa substance : celle qui se trouve hors de portée des animaux.

Vivre, réellement

Un professeur d'université peut répéter le même cours depuis des années, sans avoir modifié aucun de ses mauvais traits de caractère. Attendons-nous même qu'il le fasse ? La matière qu'il enseigne n'est pas liée à sa personnalité et s'il est charismatique, nous le qualifions d'excellent professeur. En même temps, il peut se révéler être une personne particulièrement abjecte.

À l'opposé, ouvrir un livre de Tora (la Tora elle-même, une Guémara, un livre de halakha...) ou prier possède le pouvoir de changer notre nature. La personne qui enseigne la Tora et qui est foncièrement mauvaise ne devrait pas être écoutée. Là où le professeur d'université peut acquérir une réputation honorable, le Magguid Chiour est à fuir.

Il est important de préciser que parler Tora, partager les Paroles divines et lever les yeux en direction du Ciel pour essayer d'obtenir des réponses à des questions d'une nature élevée ne sont pas des activités réservées aux Tsadiqim. Si cela était le cas, La Pause-Café n'existerait pas ! Pourtant, la différence entre l'enseignant de mathématiques ou d'administration publique et un Magguid Chiour réside en la volonté obligatoire du second de s'élever, c'est-à-dire de se séparer de ses mauvaises habitudes et de devenir une meilleure personne.

Si les débuts de l'étude du judaïsme peut être difficile, la raison en est que nous sommes souvent très éloigné de ses valeurs. Le plus souvent, nous avons l'impression de vivre dans un monde totalement différent de celui qui est exposé dans nos Livres saints. Pourtant, si nous abordons l'étude d'une façon sincère et en cherchant réellement à comprendre ses spécificités, ce sont des délices innombrables que nous rencontrons rapidement.

Pour avoir personnellement étudié et enseigné à l'université, je peux assurer toutes les personnes qui n'ont pas encore fait le premier pas que le trésor du peuple juif – la Tora – est une source inépuisable de plaisirs dont la force et la puissance sont indescriptibles. Certes, le premier éveil doit trouver sa source en la personne elle-même ; c'est à chacun d'entre nous qu'il est demandé de faire le premier geste. Peu importe s'il s'agit d'ouvrir un livre, d'écouter une émission radiophonique ou même... de lire un blog ! Le Maître du monde attend que nous fassions le premier pas. Ensuite... c'est un monde nouveau qu'Il nous proposera et qui correspondra d'une façon parfaite à la personnalité unique de chaque individu.

En cette fin d'année 5770, je demande à chaque personne qui lit à l'occasion les billets de La Pause-Café de réfléchir à son style de vie et aux changements qu'elle peut y apporter afin de se rapprocher de D-ieu. Même si cette volonté peut lui sembler lointaine, je lui demande de passer quelques instants à la considérer sérieusement.

Comme cela est le cas depuis plusieurs années, je suis toujours enchanté de répondre aux questions des lecteurs, dans les limites des mes capacités. Ensemble, nous pouvons avancer dans la bonne direction : celle du rapprochement avec Hachem. En empruntant ce chemin, nous foulons une terre qui est inaccessible aux animaux. En progressant, nous devenons chaque minute supplémentaire des êtres humains complets. Faites-moi confiance : faites le premier pas !

Bonne année à toutes et à tous !