Lire les Téhilim (Psaumes) 7:9

Lire les Téhilim (Psaumes) 7:9

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Le Seigneur jugera les nations ; cependant juge-moi, Hachem, selon ma vertu et ma droiture.” (Psaumes 7:9)

Ses ennemis étaient nombreux et le Roi David comptait sur le Créateur afin de les punir sévèrement. D'autre part, David demandait la Clémence divine et à être jugé seulement selon les actes vertueux qu'il avait effectués, plutôt qu'en tenant compte de ses fautes. Cet appel à double tranchant représente une source d'inspiration pour notre vie quotidienne.

Une main de fer dans un gant de velours

Il suffit de regarder autour de nous pour nous rendre compte à quel point le monde est opposé au peuple juif. À l'extérieur d'Eretz Israël, les juifs sont victimes d'un antisémitisme croissant (Europe, Amérique du Nord...) ou entièrement bannis (dans la quasi totalité des pays arabes). Peu importe ce que les juifs disent ou font, les tribunes publiques ne servent qu'à les dénoncer.

Nous aurions tort de croire que le comportement des nations passe inaperçu aux yeux du Maître du monde. Plutôt, nous devons être assuré que cette attitude sera jugée en temps voulu et qu'en attendant, nous devons nous efforcer d'en trouver la raison, si cela est possible. Même si la façon dont D-ieu dirige le monde se trouve hors de portée de l'entendement humain, nous pouvons réfléchir sur sa nature si cela permet de nous renforcer dans notre émouna (foi).

Lorsque le prophète Jérémie mit en garde le peuple d’Israël pour qu'il suive la Volonté du Ciel, il leur dit que s'il faisait la sourde oreille, Hachem laisserait des troupes étrangères détruire Jérusalem. Devant l'étonnement de ces troupes elles-mêmes quant à la raison de leur succès, Jérémie dit qu'elles parviendraient rapidement à la conclusion suivante (Jérémie 22:9) : « C'est que ses habitants ont abandonné l'alliance de l'Éternel, leur D-ieu... » Rien ne se produit par hasard et chaque chose possède une raison profonde.

De la prophétie de Jérémie, nous apprenons que le renforcement de notre émouna est la meilleure garantie afin d'éviter les attaques violentes des nations du monde. Pourtant, celles-ci restent coupables de nous attaquer et nous pouvons demander à D-ieu de les juger sans attendre et dans la plus grande rigueur. En d'autres termes, si l'attitude des nations nous sert à nous rapprocher d'Hachem, elles sont redevables de leur violence habituelle à notre égard.

Le Roi David savait très bien que l'homme est fragile et faible. Ainsi, lorsque nous devons être jugé par le Tribunal céleste, il est de la première importance de demander un acte de bonté : que le Juge suprême s'attarde sur nos bonnes actions et notre mérite, plutôt que sur nos nombreuses fautes. Cette demande trouve sa source dans l'aspect principal de notre relation avec le Créateur : l'amour.

Ceci peut être comparé à une mère qui doit punir son enfant. Même si celui-ci s'est mal comporté, la mère cherchera toutes les raisons pour l'excuser et comprendre son comportement fautif. La compassion sera la marque principale de sa décision finale à propos du type de punition que son fils doit recevoir. Également, nous demandons à D-ieu de faire preuve d'amour en nous jugeant, autrement nous serions perdu.

Cette compassion ne peut pas s'appliquer aux nations du monde qui s'opposent régulièrement à la volonté d'Hachem, ainsi qu'à Son peuple. C'est leur comportement coupable qui nous pousse à demander l'application stricte de la Justice divine à leur encontre. D'autre part, le petit nombre de personnes non juives qui essaie de se rapprocher sincèrement de D-ieu (en suivant les mitswoth pour Bnei Noa'h) mérite sans le moindre doute la même Compassion divine.

À suivre...