Lire les Téhilim (Psaumes) 7:12

Lire les Téhilim (Psaumes) 7:12

“D-ieu est un Juge équitable, le Tout-Puissant fait sentir Sa colère tous les jours.” (Psaumes 7:12)

En quelques mots, le Roi David dévoile un des principes fondamentaux du judaïsme : la Justice divine est parfaite : pour les justes, comme pour les méchants. En aucun cas l'injustice existe et aucun individu peut s'estimer malchanceux, victime ou ne pas avoir reçu son dû. Les personnes qui parviennent à intégrer ces concepts dans leur vie ont atteint un niveau élevé d'émouna (foi.)

Un chemin droit

La vie devient rapidement difficile à vivre si nous pensons être à la merci d'autres individus. Le monde n'étant pas rempli que de Tsadiqim, nous percevons le danger d'être la victime d'une personne malhonnête, violente, menteuse... Chaque minute devient alors un piège à éviter et les obstacles qui risquent de nous faire tomber n'en finissent plus de s'accumuler.

Une personne dont l'émouna est parfaite sait très bien que rien n'arrive sans la volonté du Ciel et que l'injustice, la malchance, le hasard... ne sont pas de ce monde. Du plus petit détail de notre vie, aux évènements majeurs, c'est la Volonté divine qui s'exprime sous nos yeux. Hachem étant un Juge parfait, nous avons toutes les raisons de nous reposer sur Ses décisions. Peu importe si nous les comprenons ou pas, nous devons être persuadés que tout ce qui nous arrive correspond au bien ultime pour nous.

Bien sûr, le bien ultime doit être apprécié à sa juste valeur. C'est selon sa capacité à nous rapprocher du Maître du monde que nous pouvons savoir si une chose est bonne ou pas. Une personne était-elle trop orgueilleuse ? La perte de sa fortune l'a rendue modeste. Quelle chance ! Une autre pensait-elle pouvoir mentir au fisc ? Un cambriolage l'a dépourvue du montant qu'elle avait « économisé » lors de sa déclaration d'impôt. Elle a maintenant compris qu'il existe un Manager suprême dans l'univers !

Le chemin qui s'offre à nous est droit. Il est tracé par D-ieu et correspond au tracé idéal qui nous permet de nous rapprocher le plus vite du Créateur. Si nous pensons qu'il prend une tournure que nous n'aimons pas, c'est que nous oublions que nous ne connaissons pas les natures véritables du bien et du mal. Celles-ci sont connues seulement par Hachem.

Également, les personnes qui sont méchantes et mauvaises ne peuvent pas penser se soustraire à la Justice divine. Un méfait réalisé dans le plus strict anonymat est connu du Ciel. Un jour ou l'autre, des comptes devront être rendus pour expliquer chacun de nos comportements. Plus les fautes d'une personne sont nombreuses – qu'à D-ieu ne plaise – plus la Colère divine s'abattra sur elle avec une rigueur imparable.

Cela ne signifie pas que l'entendement humain puisse parvenir à comprendre la façon dont Hachem juge Ses créatures ; même Moché Rabbénou n'y est pas parvenu ! Plutôt, notre esprit peut être tranquille : rien ne passe inaperçu et nous méritons notre lot. Si nous pensons en comprendre la raison, soit ! Mais si nous n'y parvenons pas, admettons que nous sommes testés par le Ciel. Durant ces tests, nous devons nous appuyer sur notre émouna afin de déclarer notre confiance en D-ieu. C'est exactement ce qu'Il désire.

Les colères qui font suite à un sentiment d'injustice dont nous pensons avoir été la victime ou à un manque de chance dans la conduite de nos affaires ne sont que l’œuvre déguisée du mauvais penchant qui cherche à nous faire croire que la force du Maître du monde n'est pas absolue. Sachons déjouer ce piège et nous en remettre aux décisions célestes. Ce sont elles qui nous conviennent le mieux, peu importe les formes qu'elles adoptent !

À suivre...