Likouté Moharan : la citation du jour


“Si [le Tsadiq] pense et imagine qu'il s'est déjà rapproché de D-ieu et qu'il connait la nature de D-ieu, ceci est un signe qu'il ne sait rien.” (Rabbi Na'hman de Breslev, Likouté Moharan I, 63)

Commentaire : Voici la différence fondamentale entre l'acquisition du savoir spirituel et de celui qui ne l'est pas. Si nous devons reconnaître que chaque année d'étude d'une matière spécifique (économie, médecine...) permet à ses étudiants d'augmenter leur savoir, il en va autrement dans le domaine spirituel.

De fait, l'aspect principal de l'étude de la Tora est de dévoiler notre absence... de savoir véritable ! Ainsi, plus une personne étudie les voies de D-ieu, plus elle doit se rendre compte de la distance immense qui la sépare de la vérité.

Cette humilité ne concerne pas seulement l'homme moyen. Rabbi Na'hman nous apprend que c'est même le Tsadiq (l'homme pieux) qui doit réaliser son éloignement du Divin. En l'absence de ce sentiment, une personne peut être certaine qu'elle ne se trouve par sur le chemin du rapprochement avec le Créateur.