Les prières des Séli'hoth (3)


(Ceci est le 3ième article de notre série à propos de Séli'hoth. Pour lire le 2ième article, cliquez ici.)

La récitation des Séli’hoth est une préparation pour Roch Hachana (le jour de l’an juif). Cela ressemble à un sportif qui désire être prêt pour une course importante : l’aspect essentiel du travail se trouve dans les heures que celui-ci passe à s’entraîner et à s’améliorer. Sans cette préparation, les chances de réussite lors de la course sont nettement amoindries.

Il en est de même avec les Séli’hoth et Roch Hachana. Chaque jour où nous récitons ces prières, nous faisons un pas de plus vers Hachem et nous Lui déclarons – avec encore plus de force – notre amour. Lorsque Roch Hachana arrivera, nous aurons fait le maximum pour être le plus près possible de D-ieu.

Vouloir connaître D-ieu

Il existe plusieurs façons de suivre la Volonté divine. La première consiste à faire ce que le Maître du monde attend de nous… sans réel enthousiasme, mais avec application. La seconde est de mettre notre Service divin en notre cœur et de désirer faire la volonté de D-ieu. Le désir réel de servir Hachem est un niveau extrêmement élevé dans le Service divin et il doit toujours être notre objectif, même si nous éprouvons de la difficulté à l’atteindre.

L’exemple parfait de la personne qui désirait Hachem est Moché Rabbénou. C’est Moché qui a placé l’amour qu’un être humain peut avoir pour le Créateur à un niveau inégalé. Parce qu’il désirait connaître d’une façon parfaite les voies de D-ieu, le Maître du monde lui répondit que cela était impossible pour un être humain. Cependant, Hachem révéla à Moché un enseignement qui deviendrait l’essence même des Séli’hoth : les treize attributs de justice.

C’est enveloppé d’un talith (châle de prières) que D-ieu apparut à Moché. D-ieu apprit au leader du peuple juif que chaque fois que le peuple juif serait dans la détresse et qu’il réciterait ces treize attributs, il serait pardonné. Voici ces attributs :

“Éternel, Éternel, D-ieu miséricordieux, clément, patient, plein de bienveillance, vrai. Il réserve Son amour jusqu’à la millième génération, pardonne l’iniquité, le crime et la faute. Il absout.” (Exode 34 :6-7)

De ce passage, la Guémara déduit qu’en fait, c’est la façon de prier qu’Hachem enseigna à Moché. Le talith représente notre volonté de nous isoler du monde lorsque nous nous adressons à D-ieu. Cela est la première condition pour espérer prier d’une façon adéquate. La séparation dont il est question possède deux aspects : la séparation physique et la séparation mentale.

Si la première ne suffit pas à elle seule – nous pouvons nous couper physiquement du monde pour rêver à des futilités – elle est néanmoins indispensable. Également, la seconde condition n’est pas suffisante. Penser et s’adresser à D-ieu est certes une occupation élevée qui peut avoir lieu tout le temps et à n’importe quel endroit, mais on comprend aisément qu’idéalement, une place appropriée est préférable pour entrer en communication avec le Maître du monde.

Une fois isolés physiquement et mentalement de ce monde, en quoi doivent consister nos prières ? Les treize attributs de justice nous l’apprennent : à prendre exemple sur Hachem et Ses qualité et à prier pour améliorer nos propres traits de caractère. Être miséricordieux envers le peuple juif est la première chose à considérer.

C’est pour cette raison qu’il peut nous sembler avoir récité un millier de fois les treize attributs sans avoir reçu de réponse du Ciel. La raison en est que réciter les mots n’est pas suffisant. La question que nous devons nous poser est la suivante : de quelle façon faisons-nous réellement preuve de compassion envers les autres ?

N’avons-nous pas souvent pensé ou dit : “La misère du monde ne dépend pas de moi !” ; “Suis-je donc le banquier du monde pour que l’on me demande sans cesse la tsédaqa ?” ; “Ne suis-je pas déjà suffisamment occupé pour devoir rendre service à un tel ?” En récitant les Séli’hoth et le treize attributs de compassion, ce sont les yeux remplis de larmes que nous devons demander à D-ieu de nous aider à nous rapprocher de Lui.


Pour lire tous nos articles sur les Séli'hoth, cliquez ici.