Maigrir et émouna (3)

Maigrir et émouna (3)

« David-Yits'haq,

Je ne vous l'ai pas encore dit, mais j'ai un problème de surpoids ; je dois perdre 15 kilos pour retrouver mon poids normal. Si vous saviez comme c'est dur d'entendre les remarques de certaines personnes à propos de mon poids ! Cela me blesse profondément. Également, j'ai beaucoup de difficultés à m'habiller et je soufre tellement de cette situation. Est-ce Hachem qui m'envoie cette lourde épreuve à supporter ? J'ai essayé tous les régimes et il n'y en a aucun que j'arrive à faire. Presque tous les soirs, je demande à D-ieu de m'aider. Je souffre et parfois, après certaines réflexions de la part des membres de ma famille, je m'en vais pleurer seule dans ma chambre. Pouvez-vous faire quelque chose pour m'aider s'il vous plait ? Merci. » (Anonyme, France)

Dans les deux premières parties de ma réponse, j'ai expliqué qu'il ne fallait surtout pas faire de remarques désobligeantes ou se moquer. D'autre part, manger n'est pas une activité dépourvue de sens dans notre relation avec Hachem et c'est pour cette raison qu'il faut toujours essayer d'améliorer sa façon de manger.

Un sujet important

Pour que les repas soient une occasion de se rapprocher de D-ieu, l'âme juive a besoin des deux aspects fondamentaux qui la distinguent des âmes non juives : 1) la nourriture doit être kachère et 2) manger doit être fait dans la perspective de notre Service divin. En d'autres termes, manger est une occasion merveilleuse pour montrer à D-ieu que nous l'aimons.

Manger en Sainteté est un aspect tellement important de notre relation avec le Maître du monde, qu'il suffit de taper le mot « manger » dans le moteur de recherche de la page d'accueil de La Pause-Café pour se faire une idée précise des devoirs d'une personne qui désire s'alimenter tout en s'entourant d'un nuage de Sainteté.

Sous bien des aspects, manger en Sainteté s'apparente aux efforts que fait une personne afin de perdre du poids. Cependant, dans le premier cas, on mange en quantité plus réduite afin d'afficher notre amour de D-ieu, alors que dans le second, on le fait par amour pour soi et pour paraître plus beau ou belle.

Ainsi, même si l'intention de départ n'est pas la même, les conséquences sont identiques : les bons petits plats de notre grand-mère ne sont plus l'occasion d'avaler trois assiettes, ni les plats de la maîtresse de maison une chance de se servir indéfiniment !

Malgré tout, il existe une différence importante entre un régime pour la Sainteté et un pour la beauté physique. Lorsqu'on essaie de manger moins et mieux afin de se rapprocher d'Hachem, notre esprit et notre cœur sont liés au Ciel. C'est sans doute pour cela que les remarques des autres nous touchent peu ! Cela ressemble un peu aux singes qui nous font des grimace lorsque nous visitons un zoo. Penserions-nous à nous vexer ?

D'autre part, vouloir maigrir par amour de son corps est souvent une épreuve difficile – car elle n'est pas réellement voulue par notre esprit – et remplie de déceptions. Le stress des personnes qui suivent un régime pour maigrir n'est pas chose nouvelle. Des programmes (comme celui de Weight Watchers) ont bâtit leur succès sur ces difficultés.

De plus, si la prière n'est pas un élément essentiel de ces programmes, elle doit l'être pour une personne qui désire progresser et manger en Sainteté. Certaines personnes ont l'habitude de réciter une prière avant et une autre après chaque repas (cela s'ajoute aux bénédictions que nous devons prononcer obligatoirement). Ce lien avec le Ciel est primordial si l'on veut s'en rapprocher.

En conclusion, je vous suggère de partager vos pensées avec Hachem et d'ouvrir votre cœur, aussi souvent que vous le pouvez. Désirez-vous mieux manger pour avancer dans votre Service divin ? Souhaitez-vous pouvoir contrôler plus souvent vos envies de manger ? Dans tous ces cas, la prière - ajoutée à votre volonté certaine – est l'arme la plus efficace de l'âme juive. N'oubliez jamais cela. J'espère avoir répondu à votre question.