Les 19 lettres : l'éducation (5a)


(Voici la suite de la correspondance fictive entre deux amis, dont un a fait téchouva.)

Benyamin,

Quel plaisir d'avoir reçu de tes nouvelles ! Tu ne peux pas imaginer le plaisir que je ressens à m'apercevoir que toi aussi commence à réaliser que devenir plus riche n'est pas une fin en soi et qu'il faut réellement être détaché de la réalité pour en faire son but ultime dans la vie.

De fait, si la richesse financière n'est pas forcément à rejeter, c'est en tout cas notre richesse intérieure que nous devons poursuivre. Plus celle-ci augmente, plus nous acquérons de moyens pour nous rapprocher du Créateur et plus notre satisfaction grandit. N'est pas cela notre véritable raison d'être en ce monde : avancer vers Hachem à chaque occasion que nous avons ?

Le cœur et la raison

Tu as bien défini les deux aspects importants de l'homme : son intellect et son cœur. Si le premier lui permet de comprendre la véritable nature de son environnement, le deuxième représente la source de de ces faits et gestes et c'est également le cœur qui lui permet de s'élever d'une façon illimitée. Le cœur, voilà l'essentiel de l'homme ! Puissions-nous mettre l'amour de D-ieu en notre cœur d'une façon constante et profonde.

Benyamin, ta récente lettre me permet de penser que tu t'approches de la perception juste de la raison d'être de ce monde : celle d'être un outil que nous devons utiliser afin de rendre gloire à D-ieu. C'est le Créateur qui est la source de tous les pouvoirs et de toutes les forces, et c'est Lui qui nous a confié les clés de l'univers : à nous de les utiliser avec intelligence et certainement pas d'une façon puérile, égoïste et sans hauteur !

Tu dois maintenant être d'accord avec moi pour proclamer que le « bon » est ce que désire Hachem, tandis que le « mauvais » est ce à quoi Il s'oppose. En aucun cas, le « bon » doit être ce qui nous attire naturellement et le « mauvais » ce qui nous repousse. En d'autres termes, nous devons nous régler sur une seule fréquence : celle de la Volonté divine, afin de devenir des serviteurs exemplaires d'Hachem.

Il n'est donc pas difficile de relever l'idiotie à chercher les honneurs, les richesses matérielles ou les autres vanités de ce monde. Si je pouvais te confier un million d'euros pour quelques secondes, en serais-tu heureux ? Bien sûr que non ! Peux-tu m'expliquer la différence entre quelques secondes et les quelques années que nous passons en ce monde ? Pour quelle raison devrions-nous être heureux en nous sachant riches ? Le jour final, tout nous sera repris !

Voici l'aspect unique de l'homme : celui de pouvoir choisir la voie sur laquelle il avance, à la différence des autres créatures qui suivent la voie qui leur est destinée. Notre faculté de choix – c'est-à-dire notre libre-arbitre – est notre trésor le plus précieux. Nous devons tout faire pour dominer notre aspect animal (caractérisé par les demandes de notre corps) et nous attacher à notre intelligence. Cependant, le danger de celle-ci est de notre rendre orgueilleux.

C'est pour éviter cela que nous devons accorder une place importante à notre cœur. Si notre intellect nous porte à oublier D-ieu, c'est dans notre cœur que l'appel à la raison se fera entendre. Si nos idées nous poussent à emprunter un chemin dangereux – qu'à D-ieu ne plaise – c'est de notre cœur que retentiront les cris de la souffrance.

À te lire...