Aimer les Juifs... et les breslev !


Parmi les lettres que je reçois, il n'est pas rare qu'on me dise une telle chose : « Je prends beaucoup de plaisir à lire les articles de La Pause-Café et à étudier Rabbi Na'hman, mais il m'est impossible d'en parler à mon Rav ; celui n'apprécie guère l'enseignement breslev. » J'ai toujours beaucoup de peine d'apprendre cela.

Se tromper de combat

Nous vivons une période dramatique de l'histoire du peuple juif. Le nombre de personnes qui vouent leur vie à l'étude de la Tora et au respect des halakhoth n'est pas très grand et c'est une véritable guerre à laquelle nous sommes tous confrontés : les dénonciations et les assauts de toutes sortes contre l'émouna. Chaque jour, nous entendons la pensée unique de l'homme moderne qui s'oppose au fait religieux. Ainsi, il me désole d'entendre des âmes juives qui étudient et respectent le Choul'han 'Aroukh exprimer un avis négatif à l'encontre d'autres âmes... qui font la même chose qu'elles !

Lorsqu'un navire coule, ce sont tous les passagers qui peuvent porter secours qui doivent intervenir. Quelle idiotie serait-ce d'assister en ces instants graves à une dispute entre eux ! Plutôt, sans porter attention à leurs différences, tous doivent unir leurs efforts dans la même direction : sauver le plus grand nombre d'âmes.

À bien des regards, nous sommes dans un bateau qui tangue sérieusement. S'il est important de savoir que la personne avec qui nous œuvrons possède les mêmes valeurs que les nôtres (celles de la Tora et de son aspect légal tel qu'il est enseigné dans nos textes de lois), n'est-il pas ridicule de la juger en fonction d'autres critères ? En agissant de la sorte, ne reproduisons-nous pas les mêmes erreurs pour lesquelles le Temple de Jérusalem a été détruit ?

Je ne demande jamais aux personnes à qui je m'adresse si elles sont « breslev ». Si elles ne respectent pas les halakhoth, je ne leur cache pas qu'elles sont sur un navire dangereux. Cependant, si elles placent la loi juive au centre de leur vie et qu'elles essaient honnêtement de les étudier et de les respecter, je leur souhaite la bienvenue et je sens immédiatement mon cœur se réchauffer à leur contact. Existe-t-il quelque chose de plus beau au monde que deux âmes juives qui glorifient D-ieu qui se rencontrent ?

Dans les sciences économiques, un concept permet d'expliquer le choix apparent naturel qui dirige chaque individu vers une profession différente de celles des autres personnes, plutôt que d'avoir tout le monde exercer le même métier. On appelle ce concept celui de « la main invisible. » N'est-il pas possible de voir également la main invisible d'Hachem dans la diversité qu'Il nous offre pour Le servir ?

Si certaines âmes se sentent à l'aise dans une forme spécifique du Service divin, d'autres ont besoin d'une autre forme. Le plus important n'est-il pas que ces âmes respectent toutes la volonté du Ciel ? J'aurais grandement honte d'exprimer la moindre réservation ou critique envers une autre âme juive parce qu'elle ne suit pas exactement ma façon de servir D-ieu. Pour de bon, j'aurais de la difficulté à me saisir de mon livre de prières et de m'adresser au Créateur !

Il revient à chaque personne de faire le point (richbon nefech) sur la façon dont elle parle des autres. S'il est interdit le plus souvent de dire du mal des personnes méchantes (réch'aïm), ne l'est-il pas encore plus à l'encontre des personnes « kachères » ? Cette attitude malheureuse de certains est un vestige de l'opposition d'une autre époque : celle entre les misnagdim et les 'hassidim, il y a plus de deux siècles. Depuis cette époque, les premiers n'ont-ils pas encore compris que nous sommes en réalité sur le même bateau ?

Je n'habite pas très loin de Bnei Braq, en Israël. Chaque fois que j'entends des personnes exprimer une sorte de condescendance à l'encontre des 'hassidim, il naît en moi la même envie : celles de les amener à Bnei Braq, au domicile du Rav Wosner, chelita. En addition d'être un grand posseq (décisionnaire de la loi juive), le Rav Wosner est également un grand 'hassid. Je me demande toujours ce que ces personnes diraient au Rav. Qu'il n'est pas un grand en Tora ? Qu'elles connaissent mieux la volonté d'Hachem que lui pour savoir qu'il ne faut pas être 'hassid ? Que le Rav devrait changer son shtreimel pour une casquette de golf ?

Qu'il me serait agréable de voir toutes les âmes juives s'aimer, réellement !