Un puzzle particulier


Cela est arrivé sans qu'on s'y attende. Nous étions – par exemple – au travail, occupé à faire des photocopies, lorsque notre patron a surgit sans coup férir et nous a presque insulté pour mettre autant de temps à terminer ce que nous devions faire. Cela n'a duré que deux ou trois minutes, mais lorsque nous rentrons chez nous le soir, nous sommes encore tout retourné d'avoir été la victime d'une injustice évidente. Qu'avions-nous fait pour mériter cela ? N'y a-t-il donc pas de justice sur terre ?

Une pièce manquante

Lorsque nous étions enfant, nous aimions certainement jouer avec des puzzles. Selon le nombre de pièces qu'il fallait assembler, le travail était plus ou moins ardu. Au fur et à mesure de notre progression, nous savions à chaque instant la tâche qu'il nous restait à accomplir : il suffisait de compter le nombre pièces qu'il fallait encore assembler !

Dans la vie, nous vivons un puzzle d'un autre type. Nous ne connaissons pas le nombre de pièces, ni la forme définitive de l'image et encore moins la durée qu'il nous faudra pour le compléter. Si cela vous fait penser à une personne perdue au beau milieu d'une forêt, vous avez sans doute une perception proche de la réalité. C'est entre autre pour cette raison qu'une vie avec émouna (foi) est plus sereine qu'une vie sans émouna.

Celui qui a dessiné le puzzle de notre vie est D-ieu. Lui seul en connaît tous les détails et en aucun cas Il ne les révèlera. Le Maître du monde a conçu un puzzle différent pour chaque individu qui possèdent néanmoins tous un point commun : celui de nous faciliter notre rapprochement avec Hachem. Si nous construisons le puzzle de notre vie en gardant cette idée en tête – c'est-à-dire si nous vivons une vie d'émouna – le jeu sera plaisant et plein de rebondissements.

Cependant, si nous essayons de construire notre puzzle sans tenir compte de son Origine divine, les difficultés surgiront les unes après les autres et toutes nous énerveront, nous inquièteront... En d'autres termes, notre vie sera jonchée d'ulcères, de crises de nerf, d'angoisses... qu'à D-ieu ne plaise. Dans tous les cas, nous avons l'obligation d'assembler notre puzzle ; il nous suffit de choisir si cela se fait avec l'aide de D-ieu ou sans en tenir compte.

La personne qui surgit en nous insultant – et sans que nous en comprenions réellement la raison – est une pièce importante de notre puzzle. Sans que nous le sachions, son absence se ferait à notre détriment et en fin de compte, nous regretterions de ne pas l'avoir rencontrée ! Certes, nous ne sommes pas obligé de le dire à la personne qui nous insulte – et encore moins de la remercier – mais son aide est précieuse. L'ironie est qu'elle nous aide en fautant, mais cela la concerne.

À l'instant précis où la personne commence à nous insulter, nous devons réaliser que c'est le Ciel nous parle et qui nous met à l'épreuve. Peu importe ce qu'elle dit et ce qu'elle nous reproche : nous devons la considérer comme un singe excité derrière les barreaux de sa cage. Plutôt que de nous énerver à son égard, nous devons nous rattacher immédiatement au Créateur et Lui faire un clin d'œil pour Lui faire comprendre que nous avons saisi le message.

Chaque personne étant différente, il se peut que certaines parviennent à réaliser le sens profond de cette Engueulade divine. Cependant, le plus souvent, nous devons nous en remettre aux suppositions les plus fréquentes dont nous citons seulement quelques unes :

Croyions-nous être une personne calme et posée ? C'est le Ciel qui nous teste ! N'avions-nous pas l'autre jour crier après notre voisin, le facteur, le plombier... ? C'est le Ciel qui nous rend la monnaie de la pièce ! Avions-nous de la difficulté à trouver des motifs pour remercier Hachem ? En voilà un : qu'il est bon de ne pas se faire insulter chaque seconde de notre vie ! Nous l'avions oublié !

Une seule chose est certaine : la personne qui crie est un pantin dont la substance est céleste. Nous ne devons surtout pas commettre l'erreur de lui accorder de l'importance en tant que telle, cela aurait le pouvoir de nous énerver et nous donnerait envie de rétorquer ! Non, non, ne faisons jamais une telle chose.