Lire les Téhilim (Psaumes) 6:8

Lire les Téhilim (Psaumes) 6:8

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Ma vue s'éteint de chagrin ; elle vieillit à cause de tous mes ennemis.” (Psaumes 6:8)

Notre éloignement du Divin – et notre chagrin que cela crée en nous – est une source de douleur infinie. Placé dans cette situation, les risques sont grands de nous voir perdre la perspicacité indispensable pour relever les défis de la vie quotidienne. C'est en pensant à cela que le Roi David formula son appel émouvant.

Des eaux troubles

Lorsque nous prenons conscience de la gravité de nos fautes, nous commençons à sentir le poids du regret sur nos épaules. De plus, si nous faisons la comparaison entre notre comportement imparfait et la bonté infinie dont nous bénéficions de la part du Créateur, notre honte devient immense et presque insupportable.

C'est submergé par la peine et paralysé par la honte que David se tourna vers D-ieu afin de Lui crier son impuissance. De fait, l'homme triste est vulnérable et les forces du mal n'attendent qu'une chose : se délecter de cette proie facile, qu'à D-ieu ne plaise. Placé devant cette réalité, le Roi David savait qu'il ne restait plus qu'à faire appel à Hachem pour être sauvé.

Chaque jour de notre vie est un combat contre le mauvais penchant et ses astuces – plus ou moins honnêtes – pour nous éloigner du Divin. C'est avec un esprit clair et vif que nous devons aborder ce combat. L'analyse que nous en faisons est essentielle pour nous permettre de conserver l'espoir de la victoire. En cas de faiblesse de notre part, il devient impensable de pouvoir vaincre.

Les confusions de l'esprit sont nos ennemis fréquents. Ce sont elles qui brouillent notre vue et notre capacité à discerner véritablement la droite de la gauche, le bien du mal. Lentement, le mauvais penchant désire nous faire croire que ni le mal ni le bien ne sont ce qu'ils sont réellement. La vue troublée, nous sommes au milieu d'un labyrinthe dont l'issue de secours porte un nom : la prière.

Les pièges sont trop nombreux et leur nature trop complexes pour que nous puissions penser sérieusement pouvoir les analyser chaque fois avec justesse. Plutôt, c'est dans notre désir de ne pas fauter, ni nous éloigner de D-ieu, que nous devons concentrer nos forces. À la mesure de cette volonté, la clarté de vision nous sera envoyée du Ciel.

Chaque individu étant particulier, il possède ses confusions de l'esprit qui lui sont propres. Une personne peut penser sincèrement qu'utiliser son véhicule le Chabath n'est pas si terrible que cela, que D-ieu nous préserve. Une autre peut croire que la nourriture kachère n'a plus vraiment de raison d'être à notre époque. Etc.

Lorsque ces erreurs de jugement sont sincères (le plus souvent, à cause de l'éducation que nous avons reçue), elles sont les confusions véritables auxquelles nous faisons référence. Cependant, si elles sont seulement des excuses pour justifier notre éloignement, elles sont d'un autre type : elles sont le reflet de notre mauvaise volonté dans notre Service divin. Les conséquences de ces excuses sont bien plus graves que les simples erreurs de jugement. Également, il est plus difficile de les rejeter un jour ou l'autre et de commencer son rapprochement avec Hachem.

« Maître du monde ! Aide-moi à garder la vue claire et à pouvoir discerner la vérité du mensonge, la vie de la mort, le temporel et l'éternel. Au-delà de mes erreurs sincères, étends sur moi Ton aile protectrice : je n'ai que mes larmes comme excuse et ma bonne volonté pour me rapprocher de Toi. »

À suivre...