Les 19 lettres : l'être humain (4a)


Voici la suite de la correspondance fictive entre deux amis, dont un a fait téchouva.

Benyamin,

As-tu déjà réfléchi au rôle de l'être humain dans ce monde rempli de la Gloire de D-ieu ? Parmi le nombre infini de Ses créatures, que fait l'homme dans ce chœur des serviteurs de D-ieu ? Même si la Tora n'en faisait pas mention, le rôle de l'être humain sur terre se révèlerait d'une façon évidente à tes yeux si tu t'attardais à penser à la Création de l'univers.

Un rôle pour chacun

La première évidence à relever est que nous aussi sommes divins ! De fait, si Hachem a créé le monde et toutes les créatures qu'il inclut, nous devons donc être comptés parmi les Créatures divines. La conséquence de cette réalité est de nous inclure dans ceux qui doivent servir du Maître du monde. À cette fin, nous devons Le servir avant tout avec ce qui se trouve à notre disposition : notre corps.

Pense à cela : le corps de l'homme est un ensemble complexe de membres, muscles, nerfs... et dont les capacités sont multiples. Chaque fibre de notre corps a été pensée, voulue et ordonnée selon un ordre supérieur. Partant, n'est-ce pas avec chacune de ces parties que nous devons essayer de Lui rendre hommage ?

D'autre part, au-dessus de l'aspect physique de l'être humain, se situe son intellect. Si une simple main ou un simple bras doit servir le Créateur, n'est-il pas encore plus logique de déduire que notre esprit doit être encore plus proche de Celui qui nous a donné la vie ? S'il est certain que notre corps doit suivre la Volonté divine, que dire de nos pensées ? Ne devraient-elles pas toutes être dirigées vers le Ciel ?

Nos pensées ont une point commun avec D-ieu : comme Lui, elles sont invisibles. Nos pensées contrôlent en grande partie notre corps et la nature du chemin sur lequel évolue notre esprit. Voici une pensée élevée que nous pouvons décider d'avoir : essayer d'utiliser le monde – considéré sous son aspect d'Émanation divine – pour la raison pour laquelle il a été créé. Perdus au milieu de plusieurs milliards de créatures d'Hachem, nous devons apprendre à respecter notre propre Sainteté et à tenir notre rôle d'une façon joyeuse, résolue et sans compromis.

Existe-t-il une seule créature dans l'univers qui ne possède pas une mission spécifique à remplir ? Les scientifiques eux-mêmes l'admettent : chaque minéral, végétal et animal tient une place unique et irremplaçable sur terre. Aucun individu est suffisamment dépourvu d'intelligence pour prétendre qu'une plante ou qu'une bête ne sert à rien et que sa disparition ne serait pas une perte certaine pour nous tous.

Dans la mesure où chaque créature doit tenir la place qui lui est destinée – celle qui lui a été ordonnée par D-ieu – se pourrait-il que l'homme soit une exception à cette règle ? N'est-il pas dérisoire de penser que toutes les créatures servent le monde en faisant ce que le Ciel attend d'elles, mais que l'être humain peut se conduire comme il l'entend ? Ne serait-ce pas là le plus grand égoïsme ? Le plus petit animal – dans son rapport avec l'univers – est dans une position de donneur-preneur : s'il peut prendre ce qui lui est indispensable pour vivre, il sait également qu'il doit donner pour permettre à d'autres créatures de vivre.

Ne disons pas nous-mêmes à nos enfants que s'il est agréable de recevoir, il faut également apprendre à donner ? Cependant, qu'elle est la logique de ce discours si nous considérons notre vie entière comme un passage provisoire pendant lequel nous pouvons prendre à loisir tout ce que nous désirons, sans jamais nous poser la question de ce que nous devons donner ? Cette logique est intenable et dépourvue de bon sens, même selon la personne qui ne possède pas une grande intelligence.

C'est pour éviter cette grande erreur que la Tora nous apprend que nous avons été créés « Tselem Éloqim », c'est-à-dire : à l'image de D-ieu. Cela n'est pas le cas pour les autres créatures. Ainsi, n'est-il pas certain que nous devons faire le maximum pour remplir à la perfection le Désir divin ? Agir avec amour envers les autres créatures du Maître du monde et appliquer la justice dans nos rapports avec nos semblables : n'est pas une vision plus élevée que celle qui consiste à penser qu'à soit et le plus souvent au détriment des autres ?

Si nous parvenons à comprendre cela, c'est tout ce qui est à notre disposition que nous devons utiliser pour une seule raison : rendre Gloire au Créateur, dans la plus grande joie et avec la reconnaissance de pouvoir jouer ce rôle si précieux ! Benyamin, ne vois-tu pas là la raison essentielle des louanges que nous pouvons formuler envers Hachem ? Quel bonheur de ne pas être une créature anonyme dont le seul rôle consiste à brouter des champs d'herbe avant de finir dans l'assiette d'un être humain !