Les 19 lettres (3a) : D-ieu et le monde


Si certaines personnes placent D-ieu au centre de leur vie, d'autres mènent encore la vie des nations du monde. Entre la volonté du Ciel et notre désir de vivre entièrement comme nous le souhaitons, le cœur de chacun d'entre nous balance le plus souvent. Ce qui suit est la troisième lettre d'un échange fictif de courrier entre deux amis : Naftali et Benyamin. Si l'un de ces amis a fait téchouva, l'autre reste éloigné du mode de vie juif. Cet échange s'inspire de l'ouvrage : « Dix-neuf lettres » écrit par le Rav S.R. Hirsch, sans prétendre correspondre à la pensée du Rav Hirsch.

Benyamin,

Si j'ai laissé plusieurs semaines s'écouler depuis ma dernière lettre, c'est que je désirais t'accorder le temps nécessaire pour faire prendre racine en toi les idées auxquelles je faisais référence. Suis-je trop optimiste si j'espère que ces idées t'ont déjà permis de te munir du Livre de la vie et de commencer à le lire ? Aujourd'hui, c'est avec toi que je veux consulter la Tora, notre Tora !

Sommes-nous d'accord, Benyamin, pour dire que c'est le peuple d'Israël que nous désirons découvrir ? Ce que nous désirons est clair : mieux connaître le contenu et le sens véritable de son nom – le nôtre – et découvrir ce que le porter veut réellement dire et les conséquences pratiques pour nous. Ne penses-tu pas que cette démarche est celle des personnes responsables et qui ne ferment pas les yeux devant la réalité ? De la même façon qu'une personne dont la peau est noire ne peut pas vivre en l'ignorant, nous ne pouvons pas vivre comme si nous n'étions pas juifs : nous le sommes !

Un fait historique

Avant toute chose, le peuple d'Israël est un réalité historique. De fait, connais-tu de nombreux peuples qui peuvent faire remonter leurs histoire aussi loin dans le temps que le nôtre ? L'histoire tient une place tellement importante dans la formation de chaque peuple – y compris le nôtre – que nous devons absolument savoir ce qu'elle est réellement.

Seras-tu d'accord avec moi si j'écris que l'histoire est la voie qui permet à la destinée humaine d'atteindre son but ultime ? Considérée sous cet aspect, l'histoire est faite par une multitude d'individus dont nous faisons partie. Nous pouvons sans doute penser que telle personne a eu un poids plus important qu'une autre dans l'histoire. Cependant, n'est-il pas indéniable que nous possédons tous un certain rôle à jouer et à tenir ? Ne serait-ce pas – encore une fois – se fermer les yeux que d'affirmer le contraire ?

Si nous parvenons à comprendre que chacun d'entre nous possède un rôle unique et spécifique à tenir, nous devons également saisir dans sa juste mesure la signification de la nature de l'être humain. N'est-il pas l'acteur principal de la Création ? Ainsi : qu'est-ce l'homme et que devrait-il être ? Permets-moi de te mettre en garde : mes questions ne sont nullement des interrogations théoriques et fumeuses dont le seul objectif serait de nous faire obtenir une chaire dans une université prestigieuse !

Plutôt, ces questions sont les fondements d'une démarche qui nous permet de nous distinguer de la gente animale. A-t-on déjà entendu parler d'une vache qui s'interroge sur le sens profond de la vie ? Pour autant, nous posons-nous la question régulièrement dans notre vie et nous munissons-nous des outils nécessaires pour y répondre d'une façon convenable, c'est-à-dire honnête ?

La première évidence est que l'être humain n'est pas isolé. Il est une créature – parmi tant d'autres – et s'il peut avoir une certaine influence sur les autres créatures, elles en ont également sur lui. C'est afin de mieux comprendre cette interaction que la Tora nous a été donnée. Ces conseils nous guident et nous font comprendre la signification du peuple d'Israël et la tâche qui est la sienne. Si seulement nous admettions l'existence et le rôle de D-ieu dans notre vie, combien de choses s'éclairciraient dans notre réflexion ! Pour cela, nous devons nous enquérir de ce que nous dit la Tora.