Lire les Téhilim (Psaumes) 6:4

Lire les Téhilim (Psaumes) 6:4

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Mon âme est bien troublée ; et Toi, ô Éternel, jusqu'à quand... ?” (Psaumes 6:4)

Dans le verset précédent, le Roi David avouait sa faiblesse physique et la terreur qui l'avait envahie suite à la peine qu'il avait causée à D-ieu. Dans ce verset, David franchit un pas supplémentaire dans son rapprochement avec le Divin. Même si les douleurs physiques sont envoyées du Ciel afin qu'il puisse racheter ses fautes, la douleur qu'il a infligée au Maître du monde est à l'origine d'une autre terreur : celle ressentie par son âme.

L'essence de l'homme

Nous l'avons dit à maintes reprises : la maladie a pour objectif de rendre plus humble la personne et de l'aider à ouvrir les yeux sur les fautes qu'elle a commises dans le passé et sur le chemin à emprunter pour revenir vers le Créateur. Idéalement, la maladie doit donc être perçue comme un véritable cadeau du Ciel dont la seule raison est de nous blanchir de nos errements.

Pourtant, dans certains cas la maladie peut être la source d'un grand émoi : celui causé par notre sentiment d'un travail inaccompli. De fait, atteint par la maladie, le corps peut être si faible que la fin ultime de notre passage en ce monde peut nous sembler proche. Partant, ce sont tous nos projets qui sont remis en question : ceux liés à notre résolution de mieux faire, d'être plus attentifs à la volonté du Créateur...

Avoir peur de la mort n'est pas chose nouvelle pour l'homme. Depuis toujours, l'inconnu effraie et la perspective de la fin des plaisirs de ce monde possède bien des raisons de nous inquiéter. Cependant, nous pouvons être assuré que le Roi David ne pensait pas à ce monde et à son aspect matériel en déclarant la peur qui avait envahie son âme.

Ce qui effrayait David était le manque de temps éventuel qu'il aurait pour parfaire son rapprochement avec D-ieu. C'est le cri qu'il lança au Créateur : « Jusqu'à quand vas-Tu m'affaiblir ? À quel moment diras-Tu que cela suffit ? » Le Roi David ne désirait qu'une chose : recouvrer la santé pour mieux servir Hachem et rattraper le temps qui avait été perdu par son égarement. Aucune attention n'était accordée aux plaisirs matériels de ce monde qui ne représentaient rien à ses yeux. Toute son énergie était concentrée sur un seul objectif : se relever de sa maladie pour reprendre de plus belle sa réalisation des commandements que D-ieu nous a donnés.

Ceci est une grande leçon pour notre pauvre personne. Plutôt que de prier pour recouvrer la santé afin de reprendre la vie comme avant, nous devons demander la Compassion divine pour nous accorder un temps supplémentaire afin de remettre notre vie entre les mains du Maître du monde. Après avoir réalisé pleinement que notre existence ne dépend pas de nous, est-il réellement difficile de comprendre que notre vie entière devrait être consacrée à un seul but : celui de remplir le plaisir d'Hachem ?

Mis devant la Justice divine, ce n'est pas seulement notre corps qui doit trembler de fatigue et de douleur. Notre âme doit également apprécier à sa juste mesure le combat que nous menons : celui d'une présence allongée en ce monde afin d'être une source de plaisir pour D-ieu. Si nous demandons la fin du combat au Créateur, ce n'est certainement pas pour nous éloigner immédiatement de Lui ! Plutôt, c'est pour nous en rapprocher plus que jamais et avec une détermination nouvelle.

Notre âme – notre essence – désire ce rapprochement et c'est lorsque notre corps est affaibli qu'il est plus facile d'entendre sa voix. Avant de recouvrer la santé – et l'orgueil du corps – crions encore une fois notre amour de D-ieu et notre désir brûlant de vouloir nous inclure en Lui. Ces moments sont précieux ; il ne faudrait surtout pas les laisser s'échapper.

À suivre...